Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Azadi! by CSR Inde
22 avril 2016, 11:49
Filed under: Musique | Mots-clefs: , , , , , ,
Publicités


Augmentation de l’intolérance. Un chanteur de gauche arrêté et accusé de sédition by CSR Inde

Augmentation de l’intolérance. Un chanteur de gauche arrêté et accusé de sédition pour une chanson contre Jayalalithaa (ancienne actrice, actuellement ministre en chef du Tamil Nadu NDT)

Chanteur folk Tamil Kovan a été arrêté et inculpé de sédition en raison d’une chanson anti-Jayalalithaa.

Kovan a été inculpé selon les articles 124A (sédition), 153A (Promotion de l’inimitié entre les différents groupes sociaux et actes préjudiciables au maintien de l’harmonie) et 505/1 (intimidation criminelle, l’insulte et gêne).

S Kovan, tamil singer

S Kovan, chanteur tamoul

Qu’est-il arrivé à S Kovan, un chanteur folk de 45 ans originaire de Trichy, dans les premières heures du vendredi présente des similitudes avec l’intrigue du film nominé aux Oscar pour l’Inde, «Cour». Alors que le film dépeint l’épreuve dans la vie d’un Dalit militant-poète qui conteste la classe dirigeante à travers ses chansons et est tenu «responsable» par la police du suicide d’un nettoyant des eaux usées. Vendredi, la police du Tamil Nadu a imposée des accusations de sédition contre Kovan pour les chansons qu’il avait écrites contre le gouvernement et le ministre en chef J Jayalalithaa critiquant ses politiques en faveur de l’alcool.

Des sources officielles ont indiqué que la police spécialisée dans la cybercriminalité avait ramassé Kovan chez lui à Woraiyur près de Trichy à 2h30 du matin. Il dirigeait l’aile culturelle du Makkal Kalai Ilakkiya Kazhagam ou l’Association littéraire artistique populaire, un mouvement vieux de 30 ans travaillant pour les sections les plus faibles de la société avec une aile culturelle active qui exécute des chansons folkloriques et des scénettes dans la rue sur le développement socio-économico-culturel problèmes.

Kovan aurait été arrêté pour les paroles de deux chansons qu’il avait écrites dans les derniers mois. ‘Moodu Tasmac Moodu’

Source



Jai Bhim Comrade (Excerpt – Kabir Kala Manch) de Anand Patwardhan by CSR Inde

Un extrait du film documentaire Jai Bhim Comrade (Excerpt – Kabir Kala Manch) de Anand Patwardhan avec un court portrait de Sheetal Sathe du groupe Kabir Kala Manch (KKM) qui subit la répression étatique pour son activisme.

Le site du groupe Kabir Kala Manch



NUCLEYA – The Bant Singh Project Remixed- Modern Days Slavery by CSR Inde
living in these modern days again
Modern day Indians we behave like slaves again
Sometimes I wish I could bring it back to way back when
1857 – make fists raise again
Delhi Sultanate alongside Bant
On the riddim man ah get militant
How long dem keep my people ignorant
Cyan you see corruption a rampant
How much money dem have ina swiss bank
How much money dem have ina swiss bank
Dancehall a di people dem tink tank
Music a di people dem tink tank
Cuz one day dema make di shotgun pump
Cuz one day dem a mek di shotgun pumpBant Singh:
Those who (Government) made false promises are now trembling
The will to tell the truth has awakened across the nation x 2
Workers jammed the railway tracks, stopping American goods from coming in
…Russia got worried too
The American economy is shattered and it is losing wars everywhere
The will to tell the truth has awakened across the nationDelhi Sultanate:
Chidambaram has money ina swiss bank
Sharad Pawar has money in a swiss bank
All bigger heads have money ina swiss bank
Make the shotgun pump

The gun them buss
Rougher than rough
Suffer in silence – news never cover you much
Cuz dem love violence now we’re ina news flash
Now prime minister a say insurgency must crush

And so its encounter killing
And nuff ina hand cuff
Nuff leader madden madden ina god rush
And GK man dem live posher than posh
The flipside of capitalist life style

Bant Singh:
Roads are flooded with homeless, hungry people
Raising their flags to fight against injustice
People everywhere are revolting against capitalists who are hungry for money
The will to tell the truth has awakened across the nation x 2
Workers have been demanding their rights from the electricity board
In their anger, they cut the wires and destroyed the poles
Traders of the dark (corporate sector and corrupt government) are neglecting the rights of the poor

Youths dem dead again dead again
Gunshot dem ina head again head again

And the earth run red again red again
Try work dem daily bread again bread again

Delhi Sultanate alongside Bant
On the riddim man ah get militant
How long dem keep my people ignorant
Raketeer and  corruption a rampant
Chidambaram money ina swiss bank
Sharad Pawar money ina swiss bank
All bigger heads money ina swiss bank
One day we’ll make the shotgun pump

from The Bant Singh Project, track released 01 January 2011
Bant Singh, Delhi Sultanate, Chris McGuinness


Word Sound Power – Blood Earth – Back Against the Wall by CSR Inde

 

http://wordsoundpower.org

http://facebook.com/wordsoundpowerindia



La révolte en chantant by CSR Inde

RedditionDevant le commissariat de Marine Drive, au sud de Bombay, un petit attroupement d’intellectuels quinquagénaires et quelques journalistes. L’air est moite, les peaux brillent. Ils sont venus pour une opération tenue secrète jusqu’à la dernière minute.

Ce 2 avril 2013, Sheetal Sathe et Sachin Mali se livrent à la police. Après deux ans de clandestinité, le couple d’artistes met fin à sa vie de fugitifs.Main dans la main, Sheetal et Sachin s’approchent. Elle, la chanteuse au ventre arrondi. Lui, le poète avec son sac d’écolier. Le regard est anxieux, le pas rapide. La télévision locale filme.

« Nous continuerons à dénoncer l’abîme entre les principes constitutionnels et la réalité de notre pays, nous croyons au langage de la dissidence », prévient Sheetal. Quelques couplets sont entonnés, sourcils froncés et voix un brin désajustées. La police arrive. Au départ du fourgon, un poing se lève entre les grilles.Le couple est poursuivi pour complicité avec la guérilla maoïste, active dans les forêts du centre de l’Inde. Sheetal et Sachin s’étaient évanouis dans la nature après l’arrestation de deux musiciens de leur groupe. Ils ont appris la libération de leurs amis, détenus pendant deux ans, et espèrent bénéficier eux aussi de la clémence du juge.

Ils se livrent en gage de bonne foi : « Ceci n’est pas une reddition, mais une “satyagraha”. » Ce mot, tous les Indiens le connaissent. Il fait référence à la stratégie utilisée par Gandhi contre les Britanniques : la satyagraha ou « force de vérité » vise à faire plier l’adversaire sans violence.C’est dans un documentaire indien que j’avais pour la première fois entendu la voix de Sheetal. D’un timbre limpide et puissant, elle chantait la« libération des femmes » et la « fin des castes » dans les quartiers pauvres de Pune, la septième métropole du pays. Il y avait foule – même les femmes avaient interrompu leurs tâches ménagères – et son énergie crevait l’écran. Bras levé à hauteur du front, paume ouverte, visage en sueur, entourée de musiciens-danseurs-chanteurs frappant en rythme le sol et leurs tambourins, la chanteuse du Kabir Kala Manch, « la troupe des artistes de Kabir », dominait la scène : « Où donc est passée “la terre à celui qui la travaille ?”/ Les préjugés de caste n’en finissent pas/ Nous continuons à nous faire tirer dessus/ Cette torture barbare/ Comment pouvons-nous la regarder en silence ? »

Source

Le site du groupe Kabir Kala Manch



Kabir Kala Manch, touché par la voix des Intouchables… by CSR Inde

« Si la non-violence est la loi de l’humanité, alors l’avenir appartient aux femmes« . Cette phrase du Mahatma Gandhi résume à elle seule l’histoire de Sheetal Sathe et de son mari Sachin Mali, et donc celle de leur troupe de musiciens Kabir Kala Manch. Un groupe plutôt singulier puisqu’il aborde de sujets sensibles qui gangrènent la société indienne. Il faut savoir que l’hindouisme estime que les Intouchables, dernier rang dans la système des castes, souillent physiquement et spirituellement les autres. Kabir Kala Manch se fait le porte-parole de cette communauté méprisée et délaissée. Rappelons que le système des castes a été aboli mais reste ancré de manière tenace dans les mœurs de l’Inde.

Source

Le site du groupe Kabir Kala Manch




%d blogueurs aiment cette page :