Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Réintégration du Dr GN Saibaba dans son poste d’enseignant et arrêt du harcèlement continu mené par les autorités du collège: Comité pour la défense et sortie du Dr. GN Saibaba by CSR Inde

Dr Saibaba

Communiqué de presse du Comité pour la défense et la libération du Dr. GN Saibaba

Le Comité pour la défense et la libération du Dr GN Saibaba condamne la manière arbitraire dont les autorités du Ram Lal Anand College continuent de nier à Dr GN Saibaba son droit de reprendre ses fonctions de professeur adjoint au Collège après qu’il a été libéré par la Cour suprême de l’Inde en Avril 2016.

Le Dr GN Saibaba, en réponse à sa demande de reprendre ses fonctions, a reçu une lettre du directeur indiquant que sa suspension continuerait jusqu’à ce que la procédure pénale engagée contre lui dans le Maharashtra soit réglée. La lettre rappelle également la décision de limiter l’entrée de Dr. Saibaba à l’intérieur du collège jusqu’à nouvel ordre. Pire encore, la lettre déclare que « les procédures disciplinaires indépendants sont envisagées en vertu de la Loi et des règles applicables à l’Université, pour votre acte d’inconvenance d’un enseignant en plus d’autres mauvaises conduites relevées maintenant. »

Le contenu de la lettre mettent en évidence le fait que le Conseil d’administration du Collège tente d’encadrer, de criminaliser et d’intimider le Dr Saibaba, qui a été un combattant implacable et infatigable pour les droits des opprimés. En outre, il convient de noter que le Conseil d’administration est tronqué car il n’a que 5 membres actifs sur un effectif total de 15. De plus, l’Université n’a pas nommé de représentants des enseignants dans le Conseil d’administration après l’expiration des mandats des représentants des enseignants il y a quelques mois.

234874-gn-saibaba-sfi

Les décisions du Conseil d’administration mentionnées ci-dessus ont été établies sur la base d’un rapport présenté par un de ses membres, M. Umesh Sharma, qui a lui seul a été nommé « Comité d’enquête ». Dans son empressement à «punir» et à mener des représailles contre le Dr Saibaba, les autorités du Collège ont violé toutes les normes de procédure: (a) Le Comité Equiry a été mis en place sans mandat; (b) un comité d’un membre unique constitué d’un membre du Conseil d’administration est en violation des ordonnances universitaires; et (c) la nomination de M. Umesh Sharma dans le Conseil d’administration du Collège était en violation des règles de l’Université vu qu’il siégeait déjà simultanément aux Conseils d’administration de quatre collèges. Il convient de noter que M. Sharma a ensuite été invité à démissionner du Conseil d’administration, mais seulement après que sa recommandation sur la suspension du Dr Saibaba a été approuvé par le conseil tronqué, qui ne comptait aucun représentant parmi les professeurs du Collège.

Le fait que le rapport du comité composé d’un seul membre n’a pas encore été mis à la disposition du Dr Saibaba montre la manière clandestine et perfide avec laquelle les autorités du Collège agissent. Il convient de noter que la décision de procéder à des mesures disciplinaires contre le Dr Saibaba est gravement préjudiciable à sa défense dans son affaire pénale, qui est actuellement sub judice (en instance d’être jugée). Une fois que le Dr Saibaba a été libéré sous caution et fut apte à exercer ses fonctions, il relève seulement d’une question de procédure de routine qu’il soit autorisé à retrouver son poste puisque sa suspension a été fondée sur le faux FIR (Crime affaire n ° 13/2014) enregistré contre lui dans le Maharashtra, et n’a aucun lien avec sa position en tant que professeur de Ram Lal Anand College.

Le Comité de défense exige que le Conseil d’administration de Ram Lal Anand College reviennent immédiatement sur les décisions illégales prise par lui et rétablisse le Dr GN Saibaba dans son poste d’enseignant selon le code des personnels de la fonction publique et divers arrêts de la Cour suprême. Nous appelons le vice-chancelier de l’Université à intervenir immédiatement et à veiller à ce que la justice est rendue au Dr GN Saibaba.

HARGOPAL (Président)

HANY BABU MT (Convenor)

Source

Publicités


Inde : Un policier capturé par la guérilla by CSR Inde

Une quarantaine de guérilleros maoïstes ont établi un barrage sur la grande route Jagargunda-Donrapal, à hauteur du village de Polampalli (district de Sukma, état du Chhattisgarh) lundi soir. Dans l’un des véhicules contrôlés se trouvait un policier en civil, Madkam Ganga. Les maoïstes l’ont capturé et emmené avec eux.

Combattants maoïstes en Inde

Combattants maoïstes en Inde

Source



Dr B. R. Ambedkar – Bhagat Singh, présents! by CSR Inde

Bhagat Singh B. R. Ambedkar



Save JNU! by CSR Inde

JNU Inde



Inde : un policier des services secrets enlevé et exécuté par les maoïstes by CSR Inde

31slid1Avant-hier, un policier a été enlevé puis exécuté dans la région du Jharkhand, dans le nord-est du pays.

Tard dans la nuit du lundi 30 mai, un groupe de 10 à 15 maoïstes armés ont pénétré dans la maison de Badrinath Tiwari pour le kidnapper. Une lettre écrite par ceux qui se définissent « naxalistes » (du nom du village à l’origine du groupe) a été retrouvée dans la poche de la victime. Les maoïstes menacent de réserver le même sort à tous ceux qui informeraient la police de leurs actions. Récemment, 3 personnes ont été tuées par des naxalistes à la frontière entre le Jharkhand et le Bihar. Ils étaient suspectés d’informer la police sur les activités du groupe dissident.

Source voir aussi



GN Saibaba parle de son emprisonnement by CSR Inde

Inde : Un prisonnier maoïste s’évade en emportant un lance-grenades… by CSR Inde

Mudkam Deva avait été arrêté à un poste de contrôle sur la route Basaguda-Bijapur, dans le district de Bijapur à la guérilla maoïste est particulièrement active. Il a été interrogé pendant six jours aux commissariat de Basaguda, interrogatoires durant lesquels il a avoué avoir effectué des missions de reconnaissance pour la guérilla. Non seulement le prisonniers a réussi à s’évader, mais il a dévalisé l’armurerie du commissariat, emportant un AK47 muni d’un lance-grenade UBGL et autant de munitions qu’il en pouvait porter…

Un paramilitaire indien avec un AK47 UBGL tel que dérobé par l'évadé

Un paramilitaire indien avec un AK47 UBGL tel que dérobé par l’évadé

Source




%d blogueurs aiment cette page :