Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Communiqué du Parti Communiste d’Inde (maoïste) sur le face-à-face de Malkangiri by CSR Inde

102_0019

Nous publions ici la traduction du communiqué du Parti Communiste d’Inde (maoïste) sur le massacre de Malkangiri (voir notre communiqué Solidarité avec la Guerre Populaire en Inde ! )

PC maoïste


Communiqué par Jagabandhu, porte-parole du PCI(m), comité zonal spécial de la frontière Andhra-Odisha

Les communiqués de la police sur l’attaque commune des polices d’Andhra et d’Odisha contre notre camp près du village de Ramaguda dans le district de Malkangiri en Odisha le 24 octobre et le massacre de 31 de nos camarades, trompent le peuple car ils ne disent pas la vérité sur ce qu’il s’est vraiment passé. Nous avons tardé à partager les faits car nous sommes complètement encerclés par la police.

Ce qu’il s’est passé est que notre patrouille a atteint le village de Ramagua le 23 octobre au matin et a monté son camp. Nous avons également passé la nuit près du village. Au matin du jour suivant, des villageois ont vu la police se diriger vers notre camp et ont essayé de nous prévenir mais la police les a arrêtés pour les empêcher de le faire. Alors que nous faisions l’appel à 6 heures du matin, la police s’approcha de notre camp par deux côtés. Notre armée de guérilla populaire de libération se mit en position et commença à faire feu. De jeunes Adivasis non-armés, hommes et femmes du village voisin qui étaient avec nous à ce moment là, ont commencé à courrir en direction du village. La police a tiré aveuglément sur ceux qui courraient et aussi sur des Adivasis qui pêchaient dans la rivière prsè du camp, et en a tué certains. De nombreux Adivasis furent blessés par les échanges de tirs et certains furent arrêtés vivants. Notre patrouille pu se retirer du camp et nous n’avons pas subi de pertes à ce moment là. (suite)



Appel du PCI (maoïste) by CSR Inde
20 septembre 2012, 7:55
Filed under: Actualités d'Inde, PCI (maoïste) | Étiquettes: , ,

Appel du  CC, du PCI (maoïste) aux militants des partis, au commandement militaire  et aux masses révolutionnaires fin qu’ils observent, entre le 28 Juillet et le  3 Août, 2012, dans un esprit révolutionnaire la Semaine d’Hommage aux Martyrs».

Chers camarades,

Alors qu’ils travaillaient avec la plus  totale abnégation  au succès de la nouvelle révolution démocratique en Inde au moyen de la guerre populaire prolongée, selon la voie établie par  les fondateurs de notre Parti, deux grands dirigeants et martyrs : les camarades Charu Mazumdar et Kanhai Chatterji, et plus de 50 filles et  fils du prolétariat et d’ autres encore issus de la population ont sacrifié leur très  précieuse vie afin d’instaurer le socialisme et le communisme . Beaucoup d’entre eux ont perdu la vie dans des traquenards montés par les forces armées gouvernementales. Notre Comité Central du Parti rend un humble hommage révolutionnaire à tous nos martyrs bien-aimés et consacre une fois de plus tous ses efforts à la mise en œuvre de leurs objectifs. Il appelle le Parti, le PLGA, les comités révolutionnaires populaires (RPC), les organisations de masse et les masses révolutionnaires à observer dans un esprit révolutionnaire entre le 28 juillet et le 3 août 2012 la  Semaine de Commémoration des Martyrs en mémoire de nos chers martyrs. Nous rendons hommage à  leurs sacrifices et nous renouvelons notre  engagement à remplir leurs objectifs. Nous observons ces journées commémoratives révolutionnaires pour rendre hommage aux martyrs en gardant leur mémoire dans nos cœurs, en nous engageant à réaliser leurs rêves et à aller de l’avant  pour remplir nos objectifs en en nous inspirant de leur courage. Aujourd’hui, nous sommes submergés par une infinie tristesse et nous sommes tout à la fois remplis  d’enthousiasme et conscients de nos énormes responsabilités.  Malgré notre chagrin, il nous faut surmonter   toutes sortes de difficultés et obstacles conçus par les classes ennemies pour nous empêcher d’observer cette  «  Semaine Commémorative des Martyrs ». Nous devons saisir cette  occasion révolutionnaire pour nous imprégner  de leur exemple exaltant et  renouveler notre engagement à faire avancer leurs nobles objectifs. Tenons haut-levé  le drapeau rouge que nous ont transmis ces vaillants combattants qui ont sacrifié leur vie au combat et braquons nos armes sur l’ennemi dans la guerre populaire ; allons de l’avant avec une très grande détermination!

Les classes dominantes indiennes les plus réactionnaires, avec l’appui, le soutien sous toutes formes et sous la direction  des impérialistes, en particulier les impérialistes américains sont en train de conduire dans  tout le pays, et sur plusieurs fronts, l’opération Green Hunt, opération qui se fait de plus en plus atroce et qui, dans sa deuxième phase, renforce encore son oppression sur les masses. Nos chers  martyrs ont courageusement sacrifié leur vie dans ce combat. La majorité d’entre eux ont perdu la vie en défendant les acquis de la Guerre Populaire, le peuple, le Parti  et l’Armée Populaire, en défendant et en étendant les nouvelles conquêtes et en soutenant de nouveaux organes du pouvoir démocratiques dans les zones de guérilla et les bases de guérilla. Ils se sont battus vaillamment contre  l’ennemi et ont sacrifié leur vie ajoutant ainsi de nouveaux chapitres sur le sacrifice à l’histoire de la guerre populaire. Certains camarades ont péri dans des accidents et pour cause de maladie et ils sont  tombés principalement en raison du manque d’installations médicales  lors de la répression ennemie. Certains sont morts sous  la torture aux mains de l’ennemi et dans les prisons. Quelle qu’ait pu être la manière dont ils sont morts, leurs aspirations, leur pratique désintéressée et les sacrifices de tous ces martyrs visent à libérer le peuple de notre pays et les masses opprimées dans le monde de toute ‘exploitation et oppression. C’est pourquoi leur martyre s’élève  plus haut que l’Himalaya et nous ne devons pas l’oublier.

Cette année en particulier, avec cette Semaine Commémorative des Martyrs,  nous éprouvons un chagrin particulièrement  insupportable chagrin pour la perte d’un  grand martyr dont l’exemple doit nous inspirer. Le leader de la Révolution indienne et plus  généralement de la Guerre Populaire, membre du Politburo et chef bien-aimé des masses opprimées, le camarade Mallojula alias Rao Kishenji Koteswara a péri  dans un guet-apens  le 24 Novembre 2011. Il a été  pris dans un guet-apens  tendu par  le  gouvernement central et celui de l’État du Bengale ainsi que par les agences centrales de renseignement. Cet abject  assassinat a été commis par Sonia-Manmohan-Chidambaram ­ Pranab Mukherjee-Jairam Ramesh membre de la clique fasciste de la classe dirigeante en connivence avec le ministre en chef du Bengale Occidental Banerji Mamta : c’est  une  perte immense pour le mouvement révolutionnaire indien.

Le Camarade Koteswarlu est né dans une famille de classe moyenne en 1954 dans la ville du district de Peddapally Karimnagar,  Andhra Pradesh. Tout au long des 38 ans de sa vie de révolutionnaire, il est passé d’organisateur à membre du Politburo et s’est acquis une place permanente dans le cœur des masses en tant que  leader très populaire. Il a conduit ​​ses activités révolutionnaires dans l’état d’Andhra Pradesh, de Dandakaranya, du Bengale et d’autres États de l’Inde du nord. En tant que membre important des commissions supérieures (au niveau de l’état et au niveau central), celles qui assument des décisions cruciales susceptibles de transformer le mouvement et  de le faire avancer, il a pris d’importantes responsabilités et a joué un grand rôle, un rôle créatif  avec un engagement révolutionnaire total. Il a joué un rôle notable en s’élevant fermement  contre la ligne du Parti et il a participé à la lutte  de deux lignes dans le Parti contre l’opportunisme qui y avait  relevé la tête ; il a joué un rôle important dans le renforcement du Parti en impulsant  l’éducation idéologique et politique à travers le marxisme-léninisme-maoïsme. Il a joué un rôle exceptionnel dans la transformation du Nord Telangana et du Dandakaranya en zones de guérilla avec l’objectif d’y construire des bases d’appui. Son rôle a été très important dans la construction de l’Armée Populaire de PLGA, dans l’extension et le développement du mouvement révolutionnaire dans le Nord et Est de l’Inde, dans a construction du nouveau pouvoir démocratique qui a émergé sous une forme embryonnaire et qui se développe, dans le renforcement du Parti en unissant les forces révolutionnaires, dans le maintien de relations de solidarité avec les  organisations révolutionnaires étrangères et du déclenchement du torrent de la rébellion du peuple de Lalgarh. En tant que chef du Parti, il a travaillé jour et nuit au déploiement de la guerre populaire dans tous les domaines où  il a exercé. Il a accordé une attention particulière à la propagande révolutionnaire et à la publication de la littérature et des magazines  révolutionnaires et a encouragé les peuples indiens à s’engager dans la pratique révolutionnaire en leur donnant une politique révolutionnaire. Il a consacré sa plume à la libération des masses opprimées et écrit des articles, des poèmes et des traductions. Cet assassinat a soulevé contre les classes dirigeantes indiennes une condamnation sans réserve au sein  des masses révolutionnaires, des partis, des intellectuels, de différents secteurs de la population, au niveau de notre  pays  et dans le monde. Elles lui   rendu un hommage digne d’un grand leader. La haine que vouent notre parti, le PLGA et les masses révolutionnaires aux classes dirigeantes qui ont assassiné notre chef bien-aimé, l’ont  torturé de la manière la plus inhumaine et cruelle  a redoublé. Bien que sa perte pour le mouvement révolutionnaire indien soit irréparable, le mouvement, le Parti et le PLGA qui  s’est renforcé grâce au sacrifice de nos milliers de martyrs, dont celui du camarade Kishenji, les expériences d’une valeur inestimable qu’ils ont transmises et les idéaux qu’ils ont promus donnent la certitude que de nombreux autres dirigeants de la stature du  camarade Kishenji ne manqueront pas d’éclore. Brandissons très haut les idéaux et les valeurs que le camarade Kishenji a montrés dans sa vie, au cours de sa longue pratique révolutionnaire et même dans la mort. Faisons-en notre pratique révolutionnaire  à chaque étape et allons de l’avant.

L’année dernière, nous avons perdu deux leaders au niveau national, un au DK et un à NT,  et un camarade du Comité Régional à  Asom. Le camarade Harak (Srikanth) membre du Comité spécial de zone (DKSZC) de Dandakarany (Srikanth) est décédé à l’âge de 48 ans le 26 Février, 2012 en raison d’une grave maladie cardiaque. Le camarade Gundeti Sankar (Seshanna) du SZC Nord Telangana est décédé d’une mort prématurée à l’âge de 47 ans en raison de morsure de serpent le 18 Mars 2012. Le camarade Srikanth a travaillé au sein du parti Drapeau rouge et, plus tard rejoint notre parti en 1993. Il a travaillé dans les zones urbaines et la plaine du Chhattisgarh parmi les travailleurs, les jeunes et les étudiants, et aussi dans le domaine culturel. Il a travaillé dans la division Gadchiroli de DK depuis 1998 et a été élu dans le DKSZC en 2005. Il a dirigé le mouvement de la division Gadchiroli jusqu’à la fin et est devenu le chef bien-aimé de la population locale. Bien qu’affligé d’une grave maladie cardiaque, il était toujours souriant et répandait la joie partout ; il su a gagner l’amour des cadres. Il était  membre du conseil éditorial de la revue Prabhat  (organe politique de la zone du DK) et a travaillé  aux magazines et à la propagande. La mort prématurée du camarade Seshanna à cause d’une morsure de serpent alors qu’il travaillait sans relâche à faire revivre le mouvement du Nord Telangana est une perte irrémédiable pour le Parti et en particulier pour le mouvement NT. Seshanna avait une expérience de trente ans dans le mouvement; au départ membre d’escouade il est devenu  chef au niveau de l’État. C’était un combattant courageux qui n’a jamais abandonné le peuple,  même pendant plusieurs sévères campagnes de répression de l’ennemi. Il a écrit de nombreux textes littéraires en particulier sur nos héros tombés au combat. Il a travaillé dans les domaines politique, militaire et de la propagande et a dirigé les cadres et le personnel. Bien que ce soit une perte grave pour le mouvement NT, il a été prouvé dans l’histoire que cette terre de luttes donnerait naissance à de nombreux autres dirigeants de la trempe de  Seshanna.

Près de 30 camarades sont tombés en héros dans la zone spéciale de Chhattisgarh Bihar-Jharkhand-Nord au cours de combats contre  les forces ennemies. Certains camarades ont péri aux mains de bandes contre-révolutionnaires armées comme PLFI et  Jharkhand Mukti Parishad. Comme dans d’autres aires de mouvement révolutionnaire, dans cette Zone  Spécial aussi, les classes dominantes indiennes sont en train d’intensifier leur offensive militaire comme jamais auparavant ; elles sont également en train de  mettre en œuvre quelques réformes et mener  la guerre psychologique, intensifiant ainsi leur effort pour ouvrir la voie au pillage des ressources minérales immenses, ressources forestières, hydroliques et agraires. Le très  réactionnaire « Plan d’action Saranda» en fait également partie. Les Adivasi et d’autres masses opprimées révolutionnaires vont de l’avant sur  la voie révolutionnaire, sous la direction du parti et du PLGA en combattant vaillamment contre de telles politiques répressives du gouvernement. Tous les camarades qui sont tombés en héros au combat au BJ comme les camarades Yogendra Oraon, Pancham Paswan, Gulach Munda, Bhagabat Marandi, Sri Krishna Mahato, Tapeswar Ganju, Anil Ram etc ont donné leur vie dans des combats contre l’ennemi, pour préserver  les richesses naturelles qui de droit n’appartenaient  qu’aux populations locales et ceci  tout en défendant le pouvoir politique  de la population locale.

La répression s’est intensifiée au Bengale, dans les Etats d’ Odisha et du Nord-Est  qui relèvent du Bureau régional de notre Parti. Outre l’assassinat du camarade Kishenji au Bengale, trois autres camarades ont été tués au cours d’embuscades dans le Lalgarh. En Asom où la propagation mouvement révolutionnaire s’est étendu et se renforce, l’armée, les paramilitaires et la police ont  monté  une embuscade  en mai 2012 et tué quatre de nos camarades de sang-froid. P. Chidambaram, qui hurlait  son hostilité  contre  l’expansion du mouvement maoïste à Asom et ses frontières, a pu enfin étancher sa soif de sang avec ce traquenard. Un des camarades tombés est le camarade dirigeant du comité d’Asom le camarade Siddharth Burgohain. Les trois autres camarades étaient les Camarades Rajiv Gogoi, Arup Chetia et Kamla Gogoi. Auparavant, le camarade Commandant Pavel, un a été tué à Asom au cours d’une opération militaire. Ces pertes sont sévères pour nous en raison de l’importance stratégique des mouvements des nationalités opprimées et du mouvement révolutionnaire du Nord-Est, non seulement pour le mouvement révolutionnaire indien, mais aussi pour l’Asie du Sud. Cependant, il ne fait aucun doute que des dirigeants de plus en plus nombreux ne manqueront pas d’émerger parmi la population du Nord-Est qui se mobilise de plus en plus largement sur ses problèmes quotidiens, contre les grands barrages et les expulsions de population dans le cadre de leurs aspirations à la libération nationale. Dans   la zone du  Comité d’organisation d’Etat, le camarade Mitu (ACM) est tombé en martyr lors d’une opération contre la police en Janvier 2012. Le camarade Ungal de la Compagnie centrale régionale a été tué lors de  l’explosion accidentelle d’une mine le 4 Janvier 2012 et le camarade Ravi est mort de maladie en Décembre 2011, lorsque cette Compagnie s’est rendue à Odisha pour y conduire des actions militaires.

Au Dandakaranya, Kangerghati  le camarade commandant LGS Mahesh  est mort en héros lors d’une embuscade menée sur les forces ennemies le 11 Octobre, 2011 à proximité de Netanar. Le 16 Août 2011, les camarades Badru, Gopi, Akash et Ramsai ont vaillamment résisté aux forces de police qui les encerclaient et sont tombés en héros après avoir abattu un  jawan STF. La police a déchaîné une pluie de grenades et incendié la maison qui les abritait.

Les Camarades Paklu et Mangli sont tombés au cours de la lutte héroïque qui les opposait aux forces ennemies lors d’une action menée par le PLGA près de Bhejji le 26 Mars 2012. Le commandant de l’équipe d’intervention du  Bastar Occidental  le  camarade Pramod a été tué par un garde du corps, alors qu’il essayait d’exterminer l’ennemi du peuple Rajkumar Tamo.

Le Camarade Mangu Paddam (Sukku),  membre du DVC travaillait à l’’expansion du mouvement révolutionnaire dans le centre de l’Inde dans le cadre de la zone frontière d’Etat de  Chhattisgarh-Odisha est tombé en héros en luttant contre les forces ennemies dans le district de Raigarh (Chhattisgarh) le 27 Janvier 2012. Il a travaillé dans le Bastar du Nord, domaine du DK et du PLGA pendant une longue période et dans la zone d’extension depuis la mi-2010. C’est une grande perte pour le mouvement de la zone d’extension.

Dans le Nord Telangana, les camarades Sukkal (ACM) et Somal (milice) ont été tués dans un guet-apens à Charla dans le district de Khammam Le camarade Sutari Papa Rao ( commandant LGS) a été tué dans une opération militaire à Sayannapalli dans le district de Khammam.

Nous avons perdu de précieuses camarades femmes il y a un an. La Camarade Swaroopa (Sunita) qui a servi dans le domaine technique dans le cadre du comité AP Etat et le CC depuis 28 ans et comme tailleur dans le  DK ses dernières années est décédée d’un cancer du sein en Mars 2012. Militante discrète et désintéressée elle a servi le peuple, elle a veillé sur  la direction au  plus haut niveau du Parti comme sur la pupille de ses yeux pendant son long mandat dans le domaine technique. Dans l’ensemble de sa vie révolutionnaire  elle a dû affronter plusieurs problèmes comme la maladie, la perte de ses partenaires de vie, le patriarcat, etc. la solitude, mais elle les a surmontés avec l’exemple  des martyrs et dans l’esprit bolchevique de l’idéal choisi. Le 20 Août 2011, la camarade Ramko Hichami (Ranita) a été encerclée par les forces ennemies dans le village de Makadchuvva dans le DK de Gadchiroli. Mais elle n’a pas fléchi une seconde et avec vaillance et grande bravoure elle a liquidé  trois commandos CoBRA/C-60 et  a encore blessé quatre jawans avec son fusil .303 et elle est morte héroïquement. Tout un bataillon des forces armées, des milliers de balles, des dizaines de grenades et des obus de mortier ont été déployés contre elle, mais avec une grande détermination, elle a fait face à tout cela et a stoppé les forces ennemies dans leurs traques pendant des heures entières et leur a infligé de lourdes pertes. La  Camarade  Ranita est la Présidente de la Région Chadgaon Janatana Sarkar, un combattant courageux et la fille bien-aimée des masses opprimées qui ont inscrit son nom en  lettres rouges au  chapitre glorieux de l’histoire de la guerre populaire et l’émergence de la société de nouvelle démocratie. Le 31-5-2012, les  Camarades Sameera, Ameela et Aruna sont tombées au cours d’un affrontement avec  les forces ennemies dans la division de Mainpur appartenant au mouvement frontalier Chhattisgarh-Odisha. La Camarade Sameera est née dans le  district de Nalgonda de l’AP. Elle a travaillé dans le peloton de protection du Comité d’Etat de l’AP. Elle était une combattante courageuse  qui a défendu la direction de l’État en au risque de sa vie. Elle est entrée dans le mouvement du DK en 2009 et a travaillé dans le mouvement des femmes du Bastar Oriental. Plus tard, elle a travaillé dans la zone de Gobra LOS dans la division  Mainpur et au secrétariat de l’AC et elle y a gagné une place dans le cœur des masses opprimées en tant que leur leader bien-aimé. La Camarade Aruna est née dans le DK et y a pris ses leçons de révolution. Elle est un vétéran ACM qui a gagné la confiance du Parti et de la population du Mainpur. La Camarade Ameela était une grande artiste culturelle, même alors qu’elle était dans le DK et a tenu toutes ses promesses en tant que membre  actif de l’ACM. La Division du Mainpur qui joue un rôle crucial dans l’expansion du mouvement révolutionnaire dans le centre de l’Inde a subi une perte irréparable avec sa mort. Ces fidèles et bien-aimées combattantes du Parti ne mourront jamais dans notre mémoire. Elles seront inscrites en lettres rouges dans le grand au livre des martyrs. La Camarade Sombari de la division Darba  est morte tragiquement de  brûlures subies dans une action militaire. Cette  jeune combattante a reçu un  hommage vibrant de la population et de ses collègues combattants du PLGA.

Le Camarade BSA Satyanarayana était un dirigeante du mouvement ouvrier, rédacteur en chef du magazine des travailleurs : «  Sramajeevi »,  il était l’avocat du peuple et un dirigeant qui travaillait sans relâche à la libération des prisonniers politiques. Il a rendu son dernier soupir le 22 Juin 2012. Au cours de ses près de quarante années de pratique révolutionnaire, les services qu’il a rendus pour promouvoir  les droits des travailleurs, les droits civils et les droits des prisonniers politiques sont inestimables et représentent un idéal à suivre par tous ceux qui se tiennent aux côtés des peuples opprimés. Notre CC rend un hommage sincère et révolutionnaire à sa mémoire.

L’année écoulée, plusieurs faits  se sont produits dans la vie de simples gens,  de militants des organisations de masse et des gouvernements populaires révolutionnaires qui sont morts sous les balles de la police, ont subi la torture en garde à vue et sont tombés dans des embuscades, ont été enlevés à leur  à leur domicile et tués de sang-froid. En particulier, dans des tirs aveugles de la police  rappelant le massacre de Jallianwalah dans la zone de Basaguda,  district de Bijapur au DKr le 28-6-2012, les célèbres forces CoBRA et la police ont encerclé la population de tous les côtés et tué 17 personnes désarmées, y compris les femmes, les enfants et les écoliers des villages de  Sarkinguda, Penta Raju et Kothaguda. Des dizaines d’entre eux ont été blessés. Deux villageois ont été tués à proximité de Imlipenta portant ainsi le nombre des victimes à  19. Cela restera dans les mémoires comme un nouvel exemple de la nature de plus en plus fasciste et de la cruauté de l’ennemi. Les Camarades Sodi Nani ( commandant adjoint de peloton), Venjam Kelu (membre de la milice), le chef de village Madkami Maasa de Chikpal dans le sud de Bastar, Podiyami Maasa,  militante de l’organisation de masse des vétérans organisation de masse, le  camarade Yadav Negi du village Innar dansla division du Bastar Oriental et quelques autres personnes ont,  été, soit tués dans des embuscades ou des verrouillages de police dans diverses zones  dans le DK. Dans le cadre de l’opération Haka effectuée par les forces paramilitaires et de police ennemis au nombre d’environ 3000 dans la région de Maad, Dunga Dhurva du village de Toke a été battu à mort. Akali Devi et son fils ont été tués par les balles d’un entrepreneur dans le village de Tirra, dans le  Gumla dans le district de Jharkhand.

Camarades,

Le plus intensification de la crise économique impérialiste a de graves répercussions sur  l’économie indienne aussi. Les impérialistes, en particulier l’impérialisme américain et les dirigeants compradores des pays semi-coloniaux, semi-féodaux de notre pays tentent d’écraser sauvagement tous ceux qui s’avèrent faire obstacle à leurs investissements, pillent des ressources et des marchés afin de sortir de leur crise. L’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan, l’intervention directe en Libye et celle qui se poursuit au Pakistan et en Syrie, les menaces contre l’Iran et la Corée du Nord, le lancement de l’échelle du pays sur plusieurs fronts, les opérations extrêmement réactionnaires comme  Oplan Bayanihan et l’opération Green Hunt, respectivement aux Philippines et en Inde afin d’écraser violemment les mouvements révolutionnaires ont tous pour objectif de répondre à leurs intérêts économiques et politiques. Les  Etats du Centre, de l’Est  et du Nord-Est, qui abritent d’immenses ressources minérales, forestières et hydrauliques sont leur cible privilégiée. En même temps qu’elles procèdent à l’éradication de toutes forces révolutionnaires, démocratiques et patriotiques qui s’opposent au pillage  global des ressources  à l’échelle nationale, à l’exploitation et à l’oppression, les classes dirigeantes sont en train de déployer une offensive militaire massive contre notre Parti qui est en train d’armer le peuple, le PLGA et les organes du pouvoir populaire révolutionnaire.

Bien que nous ayons subi des pertes sévères en termes de leadership et le forces subjectives dans cette offensive, dans nos points forts le mouvement révolutionnaire s’est maintenu et pose un sérieux défi à l’ennemi. C’est lui qui  est à l’origine des pertes chez les forces ennemies au cours de diverses tactiques de campagnes de contre-offensives. Le mouvement révolutionnaire est en pleine expansion dans de nouvelles régions et à certains endroits, il est en pleine expansion à l’intérieur même des zones de guérilla. Nous tendons tous nos  efforts  pour Bolcheviser le Parti. D’autre part, notre parti est en train de procéder à la dénonciation idéologiquement et politique du modèle de développement erroné des classes dirigeantes. Il a construit un modèle alternatif de développement sous forme embryonnaire dans le DK, BJ, le Bengale et AOB. Au niveau de la division des Sarkars Janatana ont été formés et travaillent dans le DK. Notre parti s’efforce de lutter dans l’unité avec les mouvements de libération nationale dans notre pays et d’autres mouvements des masses opprimées et les communautés et il les soutient. Depuis l’époque du Naxalbari et des mouvements Srikakulam jusqu’à aujourd’hui, tous les règlements, toutes  les lois relatives aux droits des paysans pauvres et Adivasis ou certaines  réformes avaient été promulguées par les classes dirigeantes au nom de la réduction de l’influence des mouvements maoïstes. A ce jour, aucun débat sur ​​le développement ne peut avoir lieu sans discutions sur le modèle maoïste de développement et d’alternative politique et économique posé par les maoïstes. La raison qui se cache  derrière cela c’et l’importance de la ligne politique de notre Parti et de la pratique de la Guerre Populaire. Comme notre Parti avec ses sacrifices innombrables et la justesse de  l’alternative politique qu’il propose est considéré comme une lueur d’espoir par les masses opprimées de notre pays, l’État tente d’écraser notre parti et son leadership aussi vite que possible. C’est pourquoi il est en train de recourir à une offensive militaire massive contre  nous.

Les succès politiques obtenus, les progrès de la guerre populaire, l’expansion de la guérilla et du mouvement révolutionnaire, la création et le développement du pouvoir politique populaire, le soutien et la solidarité que notre Révolution de Nouvelle Démocratie (NDR) se fait dans notre pays et à l’étranger sont inimaginables sans les sacrifices des martyrs et les idéaux et les valeurs qu’ils ont présentés à la société et mis en place au sein du parti. C’est inspirés par l’’exemple puisé dans la grande pratique des camarades Charu Mazumdar, Kanhai Chatterji et nos milliers de martyrs et c’est dans l’esprit de leurs sacrifices que notre parti est capable de surmonter toutes sortes de conditions défavorables et d’aller de l’avant pour le succès de NDR.

Camarades,

Les conditions matérielles dans notre pays et dans le monde sont de plus en plus favorables à la révolution. Toutes sortes de contradictions sociales s’accentuent et poussent les gens à adhérer à certains mouvements et à  les amener de plus en plus souvent à choisir la voie révolutionnaire. S‘il nous faut  faire avancer la révolution dans notre pays vers la victoire en utilisant cette excellent climat ​​révolutionnaire, il nous faut absolument accomplir  les tâches immédiates suivantes dans le but de s’acquitter de la tâche centrale fixée par notre 9 ème Congrès de l’Unité, le passage guerre de guérilla à la guerre de mouvement et au développement de PLGA en  PLGA afin de transformer le Dandakaranya le Bihar-Jharkhand en régions libérées.

Si nous sommes résolus à  faire avancer la révolution vers la victoire en utilisant les conditions matérielles excellentes, alors nous devrons également  améliorer nos conditions subjectives tout aussi rapidement. Prévenir des pertes dans  nos forces subjectives, en particulier la prévention des pertes au niveau du haut commandement  est une des tâches les plus importantes pour notre parti. Il est vrai que des dirigeants révolutionnaires émergent au cours de la révolution. Mais il est également vrai qu’une fois que nous perdons ces dirigeants, des chefs qui avaient acquis des décennies d’une vaste expérience et ont guidé le parti avec une confiance inébranlable dans le peuple et  la révolution, ce n’est pas si facile de faire émerger  de nouveaux dirigeants de même stature. Il s’agit d’un principe général selon lequel  notre objectif dans la guerre est de préserver nos forces dans la mesure du possible tout en  infligeant autant de pertes que possible aux forces ennemies. Nous devons prendre très au sérieux la protection de notre leadership, la réduction des pertes de nos forces subjectives et  prévenir les pertes inutiles au sérieux et nous devons tendre nos efforts afin d’appliquer le principe général exposé ci-dessus.

Nos échecs et nos insuffisances dans l’étude de la stratégie déloyale du LIC de l’ennemi et notre incapacité à adopter des contre-tactiques en déchiffrant les tactiques adoptées par l’ennemi pour liquider  nos dirigeants et les forces subjectives dans le cadre de cette stratégie, expliquent les lourdes pertes que avons subies  dans le cadre de cette stratégie. C’est pour cette raison quenous devons changer nos méthodes de  travail en conformité avec les conditions matérielles concrètes, le niveau du mouvement et nos tâches. Il nous faut améliorer nos méthodes de travail pour  que les trois armes magiques de la victoire de la révolution – Parti, Armée Populaire et Front sortent renforcées  et  consolidées. Cela créerait notre base de réduction de  nos pertes. De même, nous devons bolcheviser le Parti sur le plan  idéologique  politique, militaire et organisationnel afin de préserver nos forces subjectives et les renforcer.

Augmenter  notre base de masse est un point crucial dans la résolution de tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés à l’heure actuelle. Une forte base de masse serait aussi une condition préalable fondamentale pour la réduction des pertes enregistrée. Donc, nous devons nous efforcer de soutenir une base de masse solide et la construire. Nous devons pour cette raison  mobiliser politiquement les gens et de les renforcer. Nous devons mobiliser les masses dans divers mouvements et  luttes, et en particulier, nous devons mobiliser largement et activement la paysannerie dans le mouvement révolutionnaire agraire. En résumé, nous devons activement mobiliser les masses révolutionnaires dans la Guerre Populaire. Nous devons faire preuve de beaucoup d’habileté pour frapper et  démanteler les programmes d’action civique, les réformes en trompe-l’œil, les attaques des gangs de tueurs et la guerre hypocrite  que  mène la LIC  sur le cadre de a politique. Nous devons  mobiliser la classe moyenne et les intellectuels en nous appuyant sur ​​les travailleurs et les paysans.

Nous devons intensifier la guerre de  guérilla dans les zones de notre pays où elle fait rage. Nous devons l’étendre sur un territoire plus vaste. L’ennemi voudrait employer tous les types de méthodes contre-révolutionnaires pour limiter nos zones de guérilla et les aires de guerre de mouvement pour les en réduire la surface et de mettre fin à la guerre aussi vite que possible (en nous anéantissant ou en nous affaiblissant  qualitativement notre puissance de combat). Nous devons déjouer leurs efforts en augmentant considérablement la mobilisation des masses, en intensifiant et élargissant la guérilla, en renforçant et accroissant les organes du pouvoir populaire et des bases de guérilla, en élargissant les zones de guérilla, en  développant le mouvement pas à pas grâce au renforcement des victoires de la Guerre Populaire et par son extension pour qu’elle se poursuive sous forme de guerre prolongée.

Il faut armer le peuple plus largement pour renforcer le pouvoir politique du peuple et les bases de guérilla là où nous les avons construites et  les étendre à de nouvelles zones plus est l’une des tâches les plus importantes auxquelles nous devons confronter. Nous devons développer toutes formes d’agitation de masse et les luttes de classes, les luttes pour la terre en particulier et les luttes contre les déplacements forcés de population ; il faut armer ceux qui  sont sortis  renforcés au cours de ces luttes et d’inciter la population à construire le pouvoir politique du peuple en rejetant la domination d’Etat ​​des classes dirigeantes et à établir des zones libérées par l’édification d’une armée populaire puissante. Mobiliser la population pour entrer activement dans  la guerre populaire devrait être un élément capital à cet égard.

Le déploiement de l’armée dans le Bastar, l’ouverture des écoles de formation militaire, avec une formation  spéciale pour faire  une brigade militaire, la constitution  de nouveaux bataillons, chaque année, les augmentations énormes du budget militaire, la construction de l’infrastructure nécessaire au déploiement de la Force aérienne, la location-vente et le prêt d’hélicoptères et de drones font tous partie de l’offensive militaire massive et multiforme de l’opération Green Hunt (OGH). Le déploiement de l’armée dans le Bastar n’a pas seulement pour objectif d’y anéantir le mouvement, mais aussi d’attaquer les mouvements dans l’Andhra Pradesh, Maharashtra et Odisha qui sont frontaliers avec le Bastar et aussi les mouvements dans le Jharkhand, le Bihar et d’autres mouvements au Nord et à l’Est Etats de l’Inde et les mouvements du Sud et de l’Ouest de l’Inde, visant ainsi à nous exterminer dans tout le pays. C’est pourquoi nous devons mettre en œuvre des efforts particuliers pour construire un mouvement de masse vaste et militant dans nos aires de mouvement, dans notre pays et à l’étranger pour contrer le déploiement de l’armée dans les zones de mouvement et concrètement dans le Bastar.

Dans les opérations massives spéciales menées récemment par les forces ennemies au niveau de la brigade dans le DK, Jharkhand, Bihar, Odisha. CO les drones COB et AOB ont été utilisés. Les forces ennemies sont en train de finaliser  tous leurs préparatifs pour un déploiement à grande échelle (en vue de la collecte d’informations, de bombardement et de tirs). Nous devons  mobiliser massivement toutes les sections contre l’utilisation de drones. Nous devons établir un lien avec les mouvements qui s’opposent à l’utilisation de drones au niveau international, en particulier dans des pays comme l’Afghanistan, le Pakistan, le Yémen, l’Irak, la Palestine, etc. Nous devons nous efforcer de mobiliser un soutien international dans l’opposition  au déploiement de l’armée et à l’utilisation de drones dans nos aires de mouvement. En fait, les lakhs des forces armées, paramilitaires, les forces de police et le nombre d’hélicoptères déployés dans nos aires de mouvement dépasse en nombre les forces armées à terre ou aériennes et les hélicoptères de la Force aérienne de la majorité des pays dans le monde. Nous devons exposer ce fait aux yeux de notre peuple et des peuples du monde et les mobiliser.

Les puissances coloniales avant le transfert du pouvoir en 1947 et plus tard leurs valets ont institué des lois extrêmement  violentes comme l’ AFSPA, UAPA, MCOCA, CSPSA en plus des autres lois draconiennes telles que la Loi sur PD, la NSA, la loi sur l’interdiction des  armes, etc. qui correspondent à une abolition du droit de vivre et des autres fondamentaux de la  personne. Les préparatifs se sont intensifiés pour instaurer le  NCTC (Centre Contre-terroriste National) qui allait devenir la plus célèbre de toutes ces institutions oppressives. Ce centre est construit sur modèle du  NCTC des États-Unis et devrait être constitué et dirigé sous la houlette des impérialistes américains. Ce programme vise à liquider sans contrôle aucun  tous ceux qui se battent. Les classes dirigeantes vont l’utiliser comme  instrument pour établir un régime militaire, de type dictatorial et incontournable. Si cette institution était formée, puis les droits civils perdraient tout sens. Il sera un danger non seulement pour les peuples indiens, mais pour tout le peuple de l’Asie du Sud. L’objectif des classes dirigeantes n’est pas seulement d’anéantir le mouvement révolutionnaire, mais aussi d’écraser sauvagement ceux qui se battent pour leurs justes revendications, les mouvements de libération nationale au Cachemire et au Nord-Est, toutes sortes de mouvements démocratiques et mouvements antidéplacement de la population. C’est la raison pour laquelle ils instaurent  des lois draconiennes et se rendent le système judiciaire plus autoritaire et intensifient la «guerre contre le peuple». À l’heure actuelle l’un des aspects importants de la répression ennemie est d’arrêter nos camarades (tant du CC que des  membres du parti et les gens ordinaires), les charges qu’ils font peser sur eux sont de fausses accusations. La répression ce sont les incarcérations dans des prisons pour de longues  années. Ils sont condamnés à mort ou à la prison à vie, leurs cautions sont rejetées et dans le cas où elles sont acceptées, ils sont de nouveau arrêtés aux portes mêmes de la prison  et on les charge de nouvelles accusations. Les prisonniers politiques  sont privés des aménagements les plus élémentaires, en particulier les soins médicaux les et ils sont soumis à la torture sous diverses formes. En d’autres termes, les droits du peuple sont foulés aux pieds quotidiennement  et dans de très  nombreux cas et des massacres sont  perpétrés qui rappellent le régime hitlérien.  C’est la raison pour laquelle nous devons  construire un puissant mouvement uni pour défendre les droits des personnes et  nous battre résolument et âprement.

Camarades,

Observons une Semaine de recueillement à la mémoire des  Martyrs dans un esprit révolutionnaire partout et dans chaque recoin de notre pays. Afin de vaincre l’offensive Green Hunt déployée sur le pays tout entier dans le cadre de la guerre  du LIC déclenchée par l’ennemi, maintenons haut levés tout à la fois dans notre vie quotidienne  et aussi particulièrement à cette occasion, les valeurs de l’idéal du  sacrifice, du courage, de la vaillance du dévouement envers le peuple et de l’engagement que nous ont enseignées la vie et la pratique de ceux qui sont tombés au combat. Propageons ces valeurs très largement et d’une façon créative au sein du peuple. Faisons connaître l’histoire de leur vie de dévouement,  élevons des stèles en leur mémoire et honorons-les dignement. Peignons en rouge les stèles qui ont été dressées auparavant en leur honneur  et ornons-les  joliment afin que le peuple  puisse venir leur rendre  hommage non seulement à cette occasion mais aussi à toute autre occasion d’hommage révolutionnaire tout au long de l’année. Préparons et diffusons tout un matériel varié de propagande  sous forme de tracts, de brochures, d’affiches, de banderoles, de calendriers etc. sur nos martyrs et diffusons-les très largement dans les masses.

Dans les zones de mouvement dans tout le pays, le people poursuit la tradition révolutionnaire  qui consiste à élever des stèles, des monuments en hommage aux martyrs dans des centaines de villages. Cependant, à plusieurs endroits, la police et les forces paramilitaires détruisent entièrement ou partiellement ces colonnes et forcent le peuple à les détruire. Le peuple a résisté à certains endroits. Il a reconstruit les stèles détruites avec une détermination plus forte encore. Nous devons travailler  à accroître cette prise de conscience du people contre ces destructions de stèles de martyrs,  intensifier sa résistance  sous diverses formes pour qu’elles ne soient pas détruites, encourager à les construire et les reconstruire, à inaugurer une colonne des martyrs dans chaque village et à combattre avec courage et vaillance pour remplir  l’objectif de ces martyrs. Aller à la rencontre de  leur famille, de leurs parents et  leurs  amis, à cette occasion et les faire venir aux meetings, p et assister aux programmes prévus pour cette semaine. Qu’ils inaugurent les stèles  et qu’on leur donne la parole pour qu’ils parlent de la vie exemplaire des martyrs dans ces meetings. Qu’ils aient envie  de réaliser les objectifs de ces martyrs. Informons-nous des problèmes qu’affrontent ces familles de martyrs, essayons  de les  résoudre et  assurons-les que le mouvement révolutionnaire  leur apportera toujours son soutien. En résumé, commémorons ces journées d’hommage et utilisons  ces occasions solennelles  pour renouveler notre engagement à remplir les idéaux de s martyrs.

“Avançons  résolument sur le chemin de la Guerre Populaire afin de remplir les objectifs de nos héroïques martyrs!

“Comprenons bien et étudions la politique traîtresse de l’ennemi ;  protégeons nos dirigeants et  défendons et gardons bien nos forces subjectives forces !”

“Renforçons le Parti et faisons progresser la Guerre Populaire!”

Avec nos salutations révolutionnaires

Comité Central

PCI (Maoist) [Parti Communiste d’Inde (maoïste)]

  5 juillet 2012

 

 



Conférence internationale de soutien à la Guerre Populaire en Inde by CSR Inde
7 septembre 2012, 8:25
Filed under: Non classé | Étiquettes: , , , , ,

Conférence internationale de soutien à la Guerre Populaire en Inde




%d blogueurs aiment cette page :