Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Le dirigeant maoïste Gour Chakraborty acquitté de toutes les charges by CSR Inde

Après 7 ans de prison!!!

Gour Chakraborty
KOLKATA: Un tribunal de la ville a acquitté le chef vétéran du PCI (maoïste) Gour Chakraborty, emprisonné depuis 2009, de toutes les charges après que l’accusation n’a pas réussi à les prouver. Entre autres charges, Chakraborty, âgé de 70 ans a été accusé dans le cadre de la loi sur la prévention des activités illégales (UAPA) après la décision de l’Etat de déclarer l’organisation maoïste comme un groupe «interdit».

Chakraborty, le premier porte-parole du CPI (maoïste) au Bengale, est originaire du district de Nadia et était impliqué dans la cause maoïste depuis sa jeunesse. Connu pour son rôle actif pendant le mouvement de Lalgarh, Chakraborty a uni les bases de soutien en milieu urbain pour l’agitation tribale à Jangalmahal.Gour Chakraborty

Le 23 Juin 2009, la police l’a arrêté dans les bureaux d’une chaîne de télévision dans la ville. Chakraborty a été le premier maoïste accusé par le biais de l’UAPA.

Source



Inde : une journée au cœur de l’université Jawaharlal Nehru la rouge by CSR Inde

À l’université Jawaharlal Nehru (JNU) de Delhi, haut foyer de la gauche militante, il est facile de savoir ce que les étudiants pensent : ils l’écrivent sur les murs. Sur les bâtiments de briques rouges, ils apposent des graffitis artistiques et des peintures militantes. Parfois, ils choisissent des citations des grands hommes qui les inspirent, ou des slogans en faveur des causes qu’ils défendent. Et désormais, entre les fresques représentant Marx, Ambedkar, Lénine, Mao, Nehru ou Bhagat Singh, les murs de JNU sont tapissés de posters frais à l’effigie de Kanhaiya Kumar, un leader étudiant emprisonné depuis le 12 février. Car l’indignation enflamme les étudiants depuis l’arrestation de ce jeune homme qui est accusé d’avoir tenu des propos antipatriotiques lors d’un rassemblement. En représailles, le « bastion rouge » de JNU et ses 8 000 étudiants renouent avec l’activisme. Sur tout le campus, havre de végétation sauvage au cœur de la suffocante capitale indienne, l’heure est à la mobilisation. La future élite en sciences sociales boycotte les cours, participe à des marches et à des manifestations quotidiennes.

JNU © Vanessa Dougnac "Le Point"

À ses yeux, Kanhaiya Kumar est le symbole d’une attaque contre le monde universitaire, perpétrée par le BJP, le Parti des nationalistes hindous du Premier ministre Narendra Modi. C’est en effet après une plainte déposée par l’ABVP (Akhil Bharatiya Vidyarthi Parishad), l’aile syndicale étudiante du BJP, que la police est intervenue sur le campus. Kanhaiya organisait un rassemblement dans le cadre de la célébration du troisième anniversaire de l’exécution de Mohammed Afzal Guru, un séparatiste cachemiri dont la condamnation hâtive avait à l’époque indigné de nombreux défenseurs des droits de l’homme. Sans preuve tangible, Kanahiya a été accusé d’avoir défendu l’indépendance du Cachemire, province troublée maintenue d’une poigne de fer par l’Inde. C’est sous ce prétexte, perçu comme une trahison à la nation, que Kanhaiya a donc été arrêté. La colère a encore monté d’un cran lorsque des nationalistes hindous ont agressé le prévenu, ainsi que des journalistes, lors de comparutions au tribunal. Dans la foulée, un professeur de l’université, Syed Abdul Rehman Geelani, a également été arrêté et accusé de proférer des « slogans anti-indiens ».

Sujets tabous

JNU © Vanessa Dougnac "Le Point"

« On n’avait pas vu une telle mobilisation depuis le viol d’une étudiante à Delhi en décembre 2012 », souligne Kaushi, qui a rejoint des centaines de camarades devant le bâtiment administratif de JNU. Chaque après-midi, des personnalités viennent ici apporter leur soutien aux étudiants et discuter, avec défiance, du concept controversé du nationalisme. Parmi les étudiants, Vidhya, assise sur les marches, applaudit. « Le gouvernement tente de diaboliser Kanhaiya, s’insurge-t-elle. On laisse même entendre qu’il aurait été proche de groupes terroristes pakistanais ! C’est faux. » Shaheed, son voisin, poursuit : « Sous couvert de respect de la patrie, le gouvernement institue des sujets tabous : le Cachemire, la guérilla maoïste, les aborigènes, les Dalits (« intouchables »), la religion, la sexualité… Mais notre université de JNU, c’est le seul espace de tolérance où l’on peut parler de tout. » Tabriz renchérit : « L’arrestation de Kanhaiya est une atteinte à notre liberté d’expression et à notre modèle universitaire. »

Ce modèle, justement, est cher à leurs yeux. « Grâce à un système de bourses, nous venons des régions les plus pauvres de l’Inde, explique Tabriz. Mais depuis que Narendra Modi est au pouvoir, il y a davantage de pression sur notre système, notamment par des projets de privatisation de l’éducation et des tentatives d’hindouisation de l’enseignement. »

JNU © Vanessa Dougnac "Le Point"

Lire la suite



Contre l’implantation de la police, les maoïstes incendient les engins de chantiers by CSR Inde

Maoists-torch-8-690x377

Des maoïstes armés ont mis le feu à plusieurs véhicules garés d’un entrepreneur au Tuapadar, dans le district de Koraput.

La police a déclaré aujourd’hui que près de 30 à 40 maoïstes armés, appartenant à la division Srikakulum, sont arrivés au camp de l’entrepreneur la nuit dernière et ont demandé au superviseur et aux autres travailleurs de quitter les lieux.

Les rebelles rouges ont alors mis le feu à aux machines et ont fui la scène en laissant quelques tracts sur place.

La police a déclaré que l’attaque contre le chantier avait été organisée parce que les maoïstes pensent qu’après la construction de la route, un poste de police sera installé afin de lutter contre les Naxalites

Source




%d blogueurs aiment cette page :