Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Cachemire: l’armée tire sur des manifestants by CSR Inde

Burhan WaniL’armée indienne a ouvert le feu hier soir (lundi soir NDLR) sur une foule de manifestants qui défilaient dans le Cachemire en dépit de l’instauration d’un couvre-feu, tuant trois personnes, a annoncé la police.

Burhan WaniHier soir, des manifestants ont bloqué une route et jeté des pierres en direction d’un convoi de l’armée. « Des scélérats ont ensuite essayé de voler des armes aux militaires et tenté d’incendier des véhicules », a dit mardi un porte-parole de la police. L’armée a alors ouvert le feu et tué deux femmes. Une troisième personne est morte à l’hôpital.Burhan Wani
Ces trois décès portent à 42 le nombre de morts depuis le début des manifestations organisées après la mort début juillet de Burhan Wani, chef de Hizb-ul Mujahideen, considéré comme le principal mouvement séparatiste de la région que l’Inde et le Pakistan se sont disputée pendant plusieurs décennies.

Source



Reproduction des Castes en Inde: seuls 5% des mariages sont inter-castes! by CSR Inde

Alors que la loi autorise les mariage inter-castes depuis plus de 50 ans, rien n’a changé ou presque…Source: Indian Human Development Survey 2011-12

Les Etats avec le plus de mariages inter-castes

Source: Indian Human Development Survey 2011-12

les Etats les plus rétrogrades

Source



Liberté pour le Cachemire! by CSR Inde

980808_1192512957433448_1857799237844854466_o



Le paradis perdu du Garam Masala de Bollywood : un point de vue Kashmiri by CSR Inde

Par Aamir Gayoom

J’ai pu voir quelques gars du Kashmir discuter du scénario du film « Bajrangi » tout en mangeant des pâtisseries et en faisant infuser leur thé dans l’une des universités centrales que je me suis récemment retrouvé à visiter. Tout ce que j’ai pu comprendre de leur débat était que ce paradis (le Kashmir) s’est perdu dans le ungama de Bollywood. Ces préoccupations pour ce paradis nous renvoient à la représentation difficile et délicate du Kashmir dans les films récents produits par Bollywood. Alors que le film « Haider » prétendait représenter le vrai Kashmir vu par un étranger, il a aussi déclenché un débat critique pervers prenant la forme de discussions intellectuallisantes publiées à large échelle sur internet et dans la presse papier. Il faudrait être privé de ses capacités de réflexion pour croire que Bollywood a représenté le Kashmir tel qu’il est réellement. Chaque film à succès produit par Bollywood sur le Kashmir a contribué à la véritable torture qu’endurent les gens peinés de la représentation hégémonique du Kashmir à l’écran.  Une telle représentation conditionne la géographie mentale des gens en les poussant à croire que leur pays est un véritable désert politique.

« Bajrangi Bhaijaan », un film réalisé par Kabir Khan, montre les difficultés d’un jeune indien sincère qui cherche la maison d’une petite pakistanaise muette. Alors que Salman Khan est félicité pour ses talents d’acteur par ses collègues, on ne peut pas ignorer le fait que cette dernière œuvre met en lumière cette question : est-ce que l’art ne bénéficie qu’à l’art ou à la vie en générale ? Ce film pris comme un récit renvoie à l’idée de l’utilisation de l’art comme une thérapie sur écran, qui enfonce dans les esprits des discours et des idéologies bien précises.

Cependant, il est également important d’insister sur le type de discours qui est mis en avant à travers ce film. Est-ce une œuvre d’art qui présente les faits de manière romantique ? Est-ce une erreur de bonne foi, au vu de la manière dont le Kashmir et sa vie politique sont concernés ?

Un des points essentiels définissant ce film est qu’il adopte comme point de vue celui « d’être humain ». Le message qui en ressort de manière plutôt insistante est donc un respect pour l’être humain, peu importe sa religion ou son état. En tant que film, « Bajrangi Bhaijaan » est essentiellement une histoire humaniste qui met en avant l’idée selon laquelle l’humanité est la religion basique de tout un chacun. C’est un film qui n’a pas seulement une touche d’humanisme mais qui insiste sur un discours de pluralisme religieux. « Bajrangi Bhaijaan » expose les stéréotypes motivés et conditionnés par les différentes cultures. Il passe beaucoup de temps à remettre en cause le discours politique ayant réduit la populace à un état où elle n’est plus considérée comme un ensemble de cerveaux, mais seulement comme du bétail par les politiciens corrompus. Des têtes qui peuvent facilement être contrôlées. Les murs et les frontières qui divisent les nations sont questionnées dans ce film. Les limites qui divisent le peuple sont présentées comme un concept apolitique, alors que le désir du peuple de vivre dans un monde sans frontières est clairement exprimé. Les gens des deux côtés de la LOC (la ligne de contrôle militaire) sont montrés en train de détruire les barrières, appelant ainsi à une société sans frontières. Cependant, les choses sont plus complexes que la manière dont elles sont représentées dans le film, c’est un fait. Il a échoué à montré la psychose constante des gens vivant près de la LOC. La crise frontalière et les escarmouches, qui provoquent tant de haine réciproque des deux côtés, sont  simplement mal traitées. Cette politique de silence concernant des faits réels et la mise en avant d’un merveilleux discours bien ordonné invite sérieusement à poser quelques questions.

Rendre le Kashmir romantique et exotique a été la mode récemment pour Bollywood, ce qui se voit au grand jour dans le film parodique « Haider ». Cela me rappelle une conférence de presse de Salman Khan, il y a quelques temps. Salman disait que « la conférence de presse n’avait pas pour but de faire la promotion du film Bajrangi Bhaijaan, mais du tourisme au Kashmir, qui est vraiment magnifique ». Est-ce que la remarque de Salman Khan en dit long sur la manière dont l’étranger perçoit le Kashmir ? Est-ce qu’il y a deux Kashmirs à l’intérieur du Kashmir – vu par l’habitant et vu par l’étranger ?

Bien que Salman puisse avoir raison à propos de la beauté du Kashmir, est-ce si important pour les gens vivant dans un environnement de paix fragile conditionné par des facteurs politiques ? A quel point est-il beau pour la jeunesse éduquée qui finit par prendre les armes ? Ce film aussi a commercialisé le Kashmir en appuyant sur le réalisme. Il le vend bien avec son introduction sur les montagnes couvertes de neige et la beauté pittoresque du Kashmir. Chers réalisateurs de Bollywood, arrêtez de vendre et de rendre romantique ce laboratoire politique où les gens sont aussi victimes des secousses politiques. Arrêtez de formater la vision des gens vivant hors du Kashmir en leur mentant avec un Kashmir exotique et pittoresque.

Filmer au Kashmir, ce n’est pas comme filmer en Suisse. Filmer au Kashmir implique des règles et des responsabilités relatives aux attentes du peuple du Kashmir. Alors que certaines personnes applaudissent le film pour son récit humaniste, quel est le message qu’il porte pour un Kashmiri ? Pourquoi les Kashmiris attendaient ce film avec tant d’enthousiasme ? Où est le Kashmir dans « Bajrangi Bhaijaan » ? Voilà des questions clés, mais Bollywood ne semble pas intéressé par cette réalité. Si le film est filmé au Kashmir, il est important de prendre en compte l’impression qu’il donnera aux étrangers. Pas besoin d’étudier longtemps la question pour conclure que le Kashmir est représenté comme un endroit où les gens passent leur temps à écouter des kawalis, vivant paisiblement dans leurs huttes pittoresques. Où sont les politiques dégueulasses qui ont brisé les espoirs des Kashmiris ? Où sont les voix contestataires qui font partie intégrante des rues et des commerces du Kashmir ? On pourrait me rétorquer que ce n’est pas un film qui parle des problèmes du Kashmir. Mais reste le fait que ce film est principalement centré sur le Kashmir. En masquant les dures réalités existant au Kashmir, en les mélangeant au masala de Bollywood, ce film ne fait que s’ajouter à la liste des films hungamas produits par Bollywood au sujet du Kashmir.

Alors que les gens sont hypnotisés par la manière dont « Bajrangi » traite le Kashmir, ce film laisse sans réponse plusieurs questions urgentes. Si « Bajrangi Bhaijaan » est un film sur l’Inde et le Pakistan, alors où sont les vraies aspirations politiques du Kashmir ? Est-ce que ce film donne une vision romantique du Kashmir pour développer les projets de tournages de Bollywood dans la région ? Est-ce qu’il s’agit d’une œuvre de propagande pour montrer à quel point le Kashmir est pacifique, avec sa beauté éblouissante et hypnotisante ? Est-ce que la volonté du ministre du Jammu et du Kashmir de promouvoir la paix dans la vallée est honnête, et est-ce que le message du film fait écho avec le programme de son parti ? Ou est-ce une agression culturelle indienne dirigée par Asiya Andrabi, dans laquelle Salman agirait comme un agent de l’Inde ? Alors que je m’arrête ici, ces questions restent ouvertes, dans l’attente de réponses et d’un vrai engagement.

Source



Interview du Camarade Ganapathy by CSR Inde

Nous publions ici la traduction par le Comité de Soutien à la Révolution en Inde de l’interview du Camarade Ganapathy, secrétaire général du Parti Communiste d’Inde – maoïste, en date de novembre 2010 .

Vous pouvez la consulter ci-dessous en cliquant sur le lien ou la télécharger en version imprimable (A5) ici : Interview du Camarade Ganapthy.

http://d1.scribdassets.com/ScribdViewer.swf?document_id=49534654&access_key=key-26vl23v3quximxwam77b&page=1&viewMode=book




%d blogueurs aiment cette page :