Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Inde: 10 policiers tués dans une embuscade tendue par des maoïstes by CSR Inde

guérilla maoïste

Des rebelles maoïstes ont tué 10 membres d’un convoi de commandos paramilitaires dans une embuscade dans l’est de l’Inde, a annoncé mardi la police.

Une mine a explosé au passage du convoi lundi après-midi alors que ces commandos conduisaient une opération contre ces rebelles dans une forêt du district d’Aurangabad, dans l’Etat du Bihar.
Au moins trois rebelles ont été tués dans la fusillade qui a suivi l’explosion, selon la police.
« Dix de nos hommes ont été tués et cinq blessés dans l’explosion », a dit un haut responsable policier à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

Des dizaines de milliers de policiers et commandos paramilitaires sont positionnés dans le centre et l’est de l’Inde pour combattre des milliers de rebelles armés.

Les maoïstes disent combattre le pouvoir central pour obtenir des emplois, des terrains et le renforcement des droits des minorités tribales pauvres. Ces affrontements ont fait des milliers de morts depuis des dizaines d’années.

Source



Inde : Un policier tué par un commando maoïste by CSR Inde

Un policier a été tué jeudi lorsqu’un commando de six maoïstes a ouvert le feu sur lui pendant une cérémonie dans le village de Mauje Chhallewada dans le district de Gadchiroli (Maharashtra) en l’honneur du 125e anniversaire de B.R. Ambedkar, l’architecte de la Constitution indienne. Le commando a pu disparaitre immédiatement.

Policiers du Maharashtra

Policiers du Maharashtra

Source



Inde : Embuscade contre les paramilitaires by CSR Inde

La guérilla maoïste a fait exploser un IED dans la forêt près de Dhooliputtu (Munchingput) hier mercredi, en matinée, alors que des forces paramilitaires effectuaient une opération de ratissage dans les forêts à la frontière Andhra-Odisha. Un membre de la CRPF et un responsable tribal ont été blessés par l’explosion. Ils ont été transportés à l’hôpital de Paderu dans un état critique.

paramilitaire blessé

Le paramilitaire blessé hier

Source



La Guerre Populaire en Inde: Recueil de textes sur le mouvement maoïste indien by CSR Inde

guerre populaire en Inde



Guerre populaire en Inde : Appel pour la semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016. by CSR Inde

draft4-BLKFR



Inde : deux policiers tués et 14 autres blessés dans une attaque by CSR Inde

36ca8-indeguerillanaxalite-06

Deux policiers de la Force centrale de police de réserve (CRPF) ont été tués et 14 autres blessés dans une attaque lancée par les naxalites dans l’Etat de Chhattisgarh, ont rapporté vendredi des officiels.

La fusillade a éclaté à l’intérieur des forêts du district de Sukma, à environ 392 km au sud de Raipur, chef-lieu de Chhattisgarh.

« Au Chhattisgarh, deux hommes de la CRPF ont été tués et 14 autres blessés dans l’attaque lancée par des naxalites dans le district de Sukma la nuit dernière », selon un officiel. « Une équipe de l’unité de guerre spécialisée de la CRPF et du Groupe de réserve du district (DRG) effectuait une opération de recherche à Kistaram quand ils ont été pris en embuscade par les Maoïstes près du village de Dabbamarka ».

Des officiels ont indiqué que des contingents de la CRPF et du DRG avaient répondu à cette attaque.

« La fusillade a commencé jeudi après-midi et s’est poursuivie pendant huit heures », selon des officiels.

Source



Comment fabriquer un maoïste repenti? by CSR Inde
4 mars 2016, 7:48
Filed under: Actualités d'Inde, Images, Luttes du peuple, Minorités, Répression | Étiquettes: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Inde: des villageois du Bastar forcés de se rendre en tant que « Naxalites » by CSR Inde
2 mars 2016, 4:31
Filed under: Actualités d'Inde, Massacres de l'armée indienne, Minorités, Répression | Étiquettes: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Parti communiste (maoïste) de l’Inde interdit a déclaré qu’au nom des opérations anti-maoïstes « des hommes de main et des éléments anti-sociaux » créent des ravages dans la région du Bastar au Chhattisgarh

Un communiqué de presse publié récemment par Mohan, le nouveau secrétaire du comité de division du sud Bastar du PCI (maoïste), a également affirmé que les récentes attaques contre les militants des droits humains et les journalistes du Bastar avaient été orchestrées à la demande des groupes d’extrême-droite.

« Les atrocités sur les populations tribales du Bastar sont à leur apogée en raison de la politique menée par le gouvernement BJP destinée à piller les minéraux et les terres des tribus du Bastar. Tout cela s’inscrit dans un grand complot visant à transformer les tribaux indigènes en sans terres. Des femmes tribales ont subi des viols collectifs. », dit le communiqué de Mohan, qui a remplacé le dirigeant Ganesh Uike comme secrétaire du comité de division du sud Bastar du PCI (maoïste).

Il a aussi déclaré : « Des civils innocents sont tués et stigmatisés comme maoïstes et de la propagande est menée dans les médias. Les villageois des zones intérieures sont menacés d’arrestations et sont forcés de se rendre en tant que « maoïstes ».

Le dirigeant maoïste a également affirmé que, le 19 février dans le village Hurra du Bastar, la police a tué un enfant de huit ans. Tout en appelant la population du Bastar à condamner les attaques contre les militants des droits humains et les journalistes, le dirigeant maoïste a demandé au gouvernement de dissoudre la District Reserve Guard (DRG), une unité spéciale anti-maoïste de la police du Bastar récemment formée, composée en grande partie de jeunes tribaux locaux.

Les atrocités sur les populations tribales sont à leur apogée en raison de la politique du gouvernement BJP visant à piller les minéraux

Mohan, CPI (M)

Source

d’autres articles sur les fausses redditions de maoïstes:

Opérations Anti-maoïstes dans le Chhattisgarh: réussites et proclamations de succès – Analyse

Enquête de terrain: La vérité sur les récentes redditions de maoïstes au Chhattisgarh

Odisha, une «reddition maoïste» qui ne colle pas !

Sombres jours dans la zone libérée du Bastar



Guerre populaire en Inde : Appel pour la semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016. by CSR Inde

draft4-BLKFRLibération inconditionnelle pour tous les prisonniers politiques en Inde !
Solidarité avec tous les prisonniers politiques dans le monde !
Non à l’Opération Green Hunt !
Soutenons la Guerre Populaire en Inde !

En Inde plus de 10 000 prisonniers politiques croupissent dans les prisons. Des dirigeants, des cadres et des membres du PCI(maoïste) et de la PLGA (Armée Guerilla Populaire de Libération), des villageois adivasis qui ont résisté aux évacuations forcées; des paysans qui ont lutté contre les MOU (Mémorandum d’entente) signés par les gouvernements et les multinationales qui exploitent le peuple et continuent le pillage impérialiste des ressources naturelles; des activistes pour les minorités nationales organisées contre la montée de la menace du fascisme hindou communal; des intellectuels comme le professeur Saibaba, des artistes, des étudiants et autres organisations démocratiques, coupables de s’être levés du côté du peuple faisant face à la guerre contre eux portés par l’Etat indien; des femmes du peuple, des féministes unies pour se révolter contre l’énorme hausse des viols, commis en partie par les forces armées et de police et les escouades fascistes paramilitaires sponsorisées par l’Etat. Dans les prisons les prisonniers font face à toutes sortes de harcèlements, tortures, dénis de caution, des conditions de vie inhumaine, des transferts arbitraires, des assauts brutales et des punitions de confinement solidaire et souvent les femmes détenues sont violées.

Malgré de féroces conditions de détention, les prisonniers résistent et luttent avec esprit révolutionnaire et tournent les prisons sombres dans lesquels ils sont confinés en front de bataille contre la montée du fascisme en Inde et dans le régime Indien.

Leur lutte pour leur libération inconditionnelle est une tâche urgente pour toutes les forces de solidarité et elle est une partie intégrante du soutien pour la victoire de leur guerre de libération.

Toute l’Inde est de plus en plus transformée par les classes dirigeantes en une “prison des mouvements populaires”. Les classes dirigeantes indiennes, sous les conseils et avec l’assistance des impérialistes, ont lancé l’offensive nationale et sur plusieurs fronts appelée Opération Green Hunt. Celle-ci est supposée viser à supprimer le mouvement maoïste mais dans les faits ses cibles et son objectif est de supprimer toutes revendications démocratiques authentiques du peuple. Des milliers de dirigeants et membres des organisations de masse révolutionnaires et démocratiques ont été assassinés, torturés, placés en prison. Accusés avec de faux dossiers, nombre d’entre eux font face à de dures punitions. Les lois draconiennes adoptées par les gouvernements centraux et étatique, qui brandissent les dirigeants populaires et ceux qui luttent comme « anti-nationaux » ou « terroristes ». La crise financière et de l’économie impérialiste s’intensifie continuellement alors que s’intensifie les agressions impérialistes et les guerres réactionnaires. Dans cette situation, le gouvernement BJP fasciste brahmanique de Modi a donné la haute priorité dans son agenda à anéantir la lutte maoïste le plus tôt possible, les organes de la nouvelle forme du pouvoir populaire Krantikari Janatan Sarkar (Comités Populaires Révolutionnaires) et à piller les ressources naturelles à un rythme effréné à tout prix. Modi, qui est le premier serviteur des « Corporate Houses » domestiques et étrangères, a non seulement initié mais aussi agressivement implémenté la troisième phase de l’Opération Green Hunt. Dans ce contexte le régime de Modi a proposé des attaques aériennes sur les régions adivasi.

Les maoïstes indiens appellent tous les partis, organisations révolutionnaires, les organisations de solidarité internationale, les syndicats, les intellectuels démocratiques progressistes renommés, les travailleurs, paysans, étudiants, jeunes, artistes, écrivains, scientifiques, écologistes, enseignants à lever leur voix contre la décision d’attaques aériennes sur des zones à majorité adivasi et à prendre les rues pour manifester. La guerre de libération des masses en Inde ne peut pas être stoppée par la répression sauvage, au contraire cela étend la solidarité morale et politique à la guerre populaire.

Le comité international de soutien à la guerre populaire lance une semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016 dans tous le monde.

Dans cette semaine, toutes les initiatives expriment de la solidarité avec tous les prisonniers politiques dans les prisons des régimes réactionnaires et impérialistes et son soutien à toutes les luttes pour leur libération.

Comité international de soutien à la Guerre Populaire en Inde   csgpindia@gmail.com

Source



Inde: les Maoïstes appellent à un bandh (journée morte NDT) de 48 heures à partir de demain by CSR Inde

36ca8-indeguerillanaxalite-06Ranchi: Le comité d’Etat du Bihar du PCI maoïste a prolongé l’appel au bandh de 48 heures dans le Bihar et le Jharkhand commençant dimanche à minuit. L’appel au bandh a été étendu pour protester contre le meurtre d’un éminent membre, le commandant Chirag da alias Pramod alias Ramchandra Mahto dans le district de Jamui du Bihar.

Chirag Da, natif de la zone Nawadih du district de Bokaro dans le Jharkhand avait contribué à jeter les bases solides du mouvement maoïste dans le Bihar et le Jharkhand. Il était également responsable de la coordination entre les États et de toutes les opérations réalisées à la frontière.

Avinash Ji, le porte-parole maoïste du comité de l’Etat du Bihar a déclaré que la police a été féroce dans le traitement du mouvement maoïste et que leur chef a été tué de sang-froid.

Il a déclaré que « d’un côté, les forces de l’Etat ont armé les villageois et soutenu les mouvements armés des groupes dissidents et d’autre part, ils ciblent les dirigeants maoïstes qui se battent pour les pauvres et les paysans ».

Le comité de l’Etat du Bihar a également demandé à son homologue du Jharkhand de rejoindre le bandh pour protester contre la fusillade de Bokaro au cours de laquelle, l’un de leurs cadres a été tué et une femme cadre a été arrêtée.

Peu de temps après la fusillade de Jamui, les maoïstes étaient rassemblés dans les forêts de Dandra sur les contreforts de la colline Jhumra, sous le bloc de Gomia du district de Bokaro. Lundi dernier, cinq compagnies de CRPF (corps des garde-forestiers NDT)et de Cobra (forces spéciales NDT) et une unité de police du district ont attaqué la jungle dans laquelle l’un des cadres maoïstes a été tué et Lal Muni Hansda, une femme cadre recherchée a été arrêtée.

Les sources ont indiqué que le groupe de Santosh Yadav était réuni dans la région de Jhumra après l’incident de Jamui afin de décider d’une action appropriée en même temps qu’un camp d’entraînement se déroulait.

« Nous appelons au bandh pour montrer notre solidarité avec les membres de la famille de nos cadres qui ont été tués dans une fusillade. Nous voulons que les villageois comprennent comment les forces de l’Etat les mis en danger en armant différents groupes dans les villages», a déclaré Avinashji demandant aux paysans, aux ouvriers, aux travailleurs des transports et aux personnes des mouvements de masse à se serrer les coudes.

Source




%d blogueurs aiment cette page :