Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Inde : des enfants travaillent dans les mines by CSR Inde

Des milliers d’enfants travaillent dans les mines de mica, un minerai surtout utilisé pour fabriquer des produits de beauté et des composants électroniques

Papou a 6 ans et même s’il porte la tenue de sport d’une école de la région, il n’en prend pas la direction. Comme beaucoup d’autres enfants, il travaille dans une mine de mica. Ce produit brillant est utilisé dans la fabrication des peintures de voiture, des composants électroniques, des rouges à lèvres ou encore des vernis à ongles. L’Inde en est le principal producteur au monde. Les enfants sont partout ici. Un tiers des travailleurs de la mine ne semblent pas avoir 12 ans. « Ils commencent à 5 ou 6 ans, dès qu’ils sont capables de reconnaître le mica, ils le récoltent avec nous », témoigne une mère de famille.

Un peu plus loin, Kavita, 10 ans, manie le marteau pour extraire des morceaux. « C’est le seul travail dans la région. Si nous ne faisons pas cela, comment survivons-nous ? » interroge son père. Le mica se vend un peu partout dans le monde à des grandes compagnies, mais il ne coûte presque rien en Inde : 13 centimes le kilo. Les familles doivent en récolter toujours plus, dans des conditions très précaires, pour gagner 3 euros par jour.

Le travail des enfants illégal en Inde

Le propriétaire de la mine sait que le travail des enfants est interdit en Inde. Il ment donc face à la caméra de France 2. « Ces enfants sont juste venus par curiosité, parce que vous étiez là. […] Il n’y a pas d’enfants », lance-t-il sans ciller. Selon les associations, 5 000 enfants travaillent pourtant sur place. Le minerai passe par de nombreux intermédiaires avant d’arriver en Chine, où les industriels n’arrivent plus à retracer son origine.

Source



Inde : enfants dans les mines de charbon by CSR Inde


Inde : un demi-million d’enfants dans les champs de coton by CSR Inde

tout est bon pour faire des profits…

Alors que l’Inde sera le 1er producteur mondial de coton sur la saison 2015-16, quelque 25 % de ses travailleurs seraient des enfants de moins de 14 ans. Un demi-million de mineurs officieraient ainsi aux récoltes, selon une étude locale.

C’est dans son rapport intitulé « Les enfants oubliés du coton » que le professeur indien Davuluri Venkateswarlu avance ces chiffres. Le nombre d’enfants utilisés par l’industrie aurait d’ailleurs progressé de 100 000 depuis 2010. Et pas moins de 25 % des ouvriers indiens du coton auraient moins de 14 ans, contre 35 % ayant entre 14 et 18 ans. Les régions textile du Gujarat et du Rajasthan sont particulièrement pointées du doigt.

Des chiffres d’autant plus saisissants que l’Inde devrait être le 1er producteur mondial de coton sur la saison 2015-16, avec 6,4 millions de tonnes sur les 23,9 millions attendues mondialement. Après une forte hausse un an plus tôt, les surfaces allouées devraient chuter de 5 % à 11,6 millions d’hectares. Par comparaison, la Chine et les Etats-Unis devraient respectivement produire 5,4 et 3,1 millions de tonnes.

En plus de compter pour 4,5 % des échanges textiles internationaux, l’Inde est l’un des plus grands marchés de consommation en devenir. Evalué à 58 milliards de dollars par an, le marché domestique indien du textile et de l’habillement devrait ainsi atteindre les 141 milliards de dollars d’ici à 2021. Le marché du retail dans son ensemble devrait lui franchir le cap des 1 000 milliards d’euros en 2020.




%d blogueurs aiment cette page :