Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Guerre populaire en Inde : Appel pour la semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016. by CSR Inde

draft4-BLKFR

Publicités


Guerre populaire en Inde : Appel pour la semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016. by CSR Inde

draft4-BLKFRLibération inconditionnelle pour tous les prisonniers politiques en Inde !
Solidarité avec tous les prisonniers politiques dans le monde !
Non à l’Opération Green Hunt !
Soutenons la Guerre Populaire en Inde !

En Inde plus de 10 000 prisonniers politiques croupissent dans les prisons. Des dirigeants, des cadres et des membres du PCI(maoïste) et de la PLGA (Armée Guerilla Populaire de Libération), des villageois adivasis qui ont résisté aux évacuations forcées; des paysans qui ont lutté contre les MOU (Mémorandum d’entente) signés par les gouvernements et les multinationales qui exploitent le peuple et continuent le pillage impérialiste des ressources naturelles; des activistes pour les minorités nationales organisées contre la montée de la menace du fascisme hindou communal; des intellectuels comme le professeur Saibaba, des artistes, des étudiants et autres organisations démocratiques, coupables de s’être levés du côté du peuple faisant face à la guerre contre eux portés par l’Etat indien; des femmes du peuple, des féministes unies pour se révolter contre l’énorme hausse des viols, commis en partie par les forces armées et de police et les escouades fascistes paramilitaires sponsorisées par l’Etat. Dans les prisons les prisonniers font face à toutes sortes de harcèlements, tortures, dénis de caution, des conditions de vie inhumaine, des transferts arbitraires, des assauts brutales et des punitions de confinement solidaire et souvent les femmes détenues sont violées.

Malgré de féroces conditions de détention, les prisonniers résistent et luttent avec esprit révolutionnaire et tournent les prisons sombres dans lesquels ils sont confinés en front de bataille contre la montée du fascisme en Inde et dans le régime Indien.

Leur lutte pour leur libération inconditionnelle est une tâche urgente pour toutes les forces de solidarité et elle est une partie intégrante du soutien pour la victoire de leur guerre de libération.

Toute l’Inde est de plus en plus transformée par les classes dirigeantes en une “prison des mouvements populaires”. Les classes dirigeantes indiennes, sous les conseils et avec l’assistance des impérialistes, ont lancé l’offensive nationale et sur plusieurs fronts appelée Opération Green Hunt. Celle-ci est supposée viser à supprimer le mouvement maoïste mais dans les faits ses cibles et son objectif est de supprimer toutes revendications démocratiques authentiques du peuple. Des milliers de dirigeants et membres des organisations de masse révolutionnaires et démocratiques ont été assassinés, torturés, placés en prison. Accusés avec de faux dossiers, nombre d’entre eux font face à de dures punitions. Les lois draconiennes adoptées par les gouvernements centraux et étatique, qui brandissent les dirigeants populaires et ceux qui luttent comme « anti-nationaux » ou « terroristes ». La crise financière et de l’économie impérialiste s’intensifie continuellement alors que s’intensifie les agressions impérialistes et les guerres réactionnaires. Dans cette situation, le gouvernement BJP fasciste brahmanique de Modi a donné la haute priorité dans son agenda à anéantir la lutte maoïste le plus tôt possible, les organes de la nouvelle forme du pouvoir populaire Krantikari Janatan Sarkar (Comités Populaires Révolutionnaires) et à piller les ressources naturelles à un rythme effréné à tout prix. Modi, qui est le premier serviteur des « Corporate Houses » domestiques et étrangères, a non seulement initié mais aussi agressivement implémenté la troisième phase de l’Opération Green Hunt. Dans ce contexte le régime de Modi a proposé des attaques aériennes sur les régions adivasi.

Les maoïstes indiens appellent tous les partis, organisations révolutionnaires, les organisations de solidarité internationale, les syndicats, les intellectuels démocratiques progressistes renommés, les travailleurs, paysans, étudiants, jeunes, artistes, écrivains, scientifiques, écologistes, enseignants à lever leur voix contre la décision d’attaques aériennes sur des zones à majorité adivasi et à prendre les rues pour manifester. La guerre de libération des masses en Inde ne peut pas être stoppée par la répression sauvage, au contraire cela étend la solidarité morale et politique à la guerre populaire.

Le comité international de soutien à la guerre populaire lance une semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016 dans tous le monde.

Dans cette semaine, toutes les initiatives expriment de la solidarité avec tous les prisonniers politiques dans les prisons des régimes réactionnaires et impérialistes et son soutien à toutes les luttes pour leur libération.

Comité international de soutien à la Guerre Populaire en Inde   csgpindia@gmail.com

Source



Comité international de soutien à la guerre populaire en Inde by CSR Inde

Apoyar Guerra Popular en la India



Actions de solidarité à travers l’Italie by CSR Inde

 

0716_2

0716_3

Bg_1

Mi

0716_6

0716_4

0716_7

0716_8

0716_9

Bg_2

Pa_1

 

Pa_2

Pa_3

Lire la suite



Le régime hindutva fasciste de Modi déchaîne une nouvelle vague de répression d’Etat et de guerre contre le peuple ! Répondons par l’intensification de la contre-information, la couverture médiatique et la solidarité internationale et internationaliste ! by CSR Inde

L’Etat indien, gouverné par le régime de Modi au service de ses maîtres indiens et de l’impérialisme, développe une nouvelle étape de la répression féroce dans tous les domaines dans le but d’écraser le peuple, d’arrêter la guerre populaire, d’attaquer les maoïstes qui la mène. Afin d’accélérer ses objectifs de vendre les ressources naturelles aux multinationales intérieures et étrangères, le régime indien restructure l’ensemble de son appareil répressif : armée, armée de l’air, police, gangs paramilitaires. Ils attaquent non seulement la «menace naxalite», mais tous les mouvements opposés à leurs politiques et qui résistent à l’ « Opération Green Hunt ». Ils attaquent aussi les intellectuels démocrates, les militants des droits de l’homme et toute voix dissidente qui se fait entendre, afin d’isoler complètement les mouvements populaires et la guerre populaire dirigés par les maoïstes. Ils attaquent les populations adivasis vivant sur les terres riches en ressources naturelles, où la guerre populaire est plus forte, afin d’éliminer le nouveau pouvoir populaire en pleine effervescence. Au cours des dernières semaines, en particulier, le régime indien a largement vanté les arrestations illégales d’intellectuels révolutionnaires et de militants sociaux estimés, déjà criminalisées et forcés à la clandestinité, puis pointés du doigt comme terroristes, dont le seul crime est l’appartenance au Parti Communiste d’Inde (maoïste).
Les Camarades Murali Kannampally et Ismail Hamza ont été arrêtés à l’hôpital de Talegaon Dabhade où le premier suivait un traitement médical, tandis que le Camarade Roopesh, sa femme Shyna, et d’autres ont été capturés à Coimbatore. On sait qu’au moins deux d’entre eux se sont vu refuser une assistance juridique et des soins médicaux dont ils ont besoin, alors que d’autres prisonniers ont révélé que, lors des interrogatoires, les policiers les ont menacé de les emmener dans la forêt et de les exécuter dans de fausses embuscades ou que leur famille sera arrêté. Sous toute sorte de prétexte, leur détention illégale est étendue et il est à craindre le recours à la torture, comme cela a déjà eu lieu de nombreux cas. Contre ces arrestations, il y a une grande mobilisation en Inde ces derniers jours pour la libération des prisonniers et la défense de leurs conditions de vie et de détention.
La persécution des intellectuels et des démocrates à l’Université n’a jamais cessé. GN Saibaba, professeur à l’Université de Delhi, avec un handicap de 90 pour cent, est en prison depuis un an alors que le procès n’a pas encore commencé et les tribunaux ont rejeté à plusieurs reprises sa demande de libération sous caution, malgré la preuve qu’il ne représente aucun danger et n’a aucune chance de s’échapper. Pendant ce temps, la chasse aux sorcières continue contre les étudiants et les intellectuels accusés d’avoir des « liens maoïstes » : menacés, harcelés, arrêtés, détenus pendant des années en attente d’un procès, qui, lorsqu’il a lieu, fini fréquemment par un acquittement. En Inde et dans le monde entier fleurissent les initiatives de solidarité pour exiger leur libération immédiate et l’abrogation des lois draconiennes, un héritage colonial destiné à les tourmenter. Ces mêmes lois utilisées pour condamner à l’emprisonnement à vie sous la charge de « sédition » Raja Sarkhel et Prasun Chatterjee, membres du Front démocratique révolutionnaire, une organisation officielle non interdite, ainsi que Chatradhar Mahato et trois autres militants connus du peuple.
Le régime de Modi augmente à grande échelle la répression et le déplacement, souvent avec des massacres, sur les adivasis et celles et ceux qui résistent à l’expulsion de leurs terres pour faire place aux grands projets qui vont dévaster leurs terres pour toujours. Le PCI (maoïste) révèle comment l’Etat indien prépare un « Salva Judum 2 », la réplique de la première Salva Judum déclenchée au cours des dernières années. Salva Judum est l’infâme nom donné aux gangs paramilitaires de fondamentalistes hindous a qui carte blanche et pleine impunité ont été données pour commettre des atrocités, incendies, destructions, massacres, viols, commis au nom du «développement» dans de nombreux villages. C’est une nouvelle escalade de la guerre contre le peuple qui dure depuis 2009 – l’Opération Green Hunt – à laquelle les masses populaires en lutte et toutes les sections de l’opposition démocratique dans la société indienne ripostent sur tous les champs, comme lors de la première Salva Judum , dont les gangs ont été battus et défaits par les masses et la guerre populaire dirigées par le PCI (maoïste).
Les initiatives de résistance pour arrêter la guerre contre le peuple se multiplient dans toute l’Inde, tandis que le mouvement populaire visant à renverser les classes dirigeantes se développe. La répression n’arrêtera pas, mais alimente la rébellion. Les camarades arrêtés sont bien connus et aimés par le peuple, qui expriment la solidarité et intensifient la lutte. Mais nous avons aussi besoin de toute urgence d’intensifier la solidarité internationale et internationaliste, qui s’est développée sous de nombreuses formes ces dernières années, afin d’arrêter la main génocidaire de Modi et soutenir la lutte des masses indiennes. Le Comité international de soutien à la guerre populaire en Inde appelle l’ensemble du mouvement à se mobiliser pour une campagne prolongée de contre-information et d’exposition du régime indien et de l’impérialisme qui le soutient.
Stop Green Hunt !
Défendons les camarades arrêtés et les prisonniers politiques !
Soutenons les masses en lutte !
Un mois d’activités et d’initiatives dans les ambassades, les consulats, les centres d’intérêts économiques des multinationales indiennes, des réunion publique visant à informer et à développer la solidarité populaire, pour rendre hommage aux martyrs de la révolution, de présentation des livres et des publications du PCI (maoïste) et des intellectuels indiens afin de se renseigner sur la situation en Inde et les progrès de la lutte du peuple révolutionnaire.
Comité international de soutien à la guerre populaire en Inde
20/05/2015


Publication du bulletin international du comité international de soutien à la guerre populaire en Inde by CSR Inde

P1-EN

 



Rapport du Comité International de soutien à la Guerre Populaire en Inde by CSR Inde

Le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde, lors de la réunion du 21 septembre à Milan, exprime son soutien enthousiaste au Document de Ganapathy [secrétaire général du Parti Communiste d’Inde (maoïste)] pour la Conférence Internationale de Hambourg du 24 novembre 2012 « Levons haut le drapeau de l’internationalisme prolétarien ! »

Il fait un bilan très positif de la réussite de la Journée d’action internationale du 1er juillet 2013 dans de nombreux pays dans le monde et décide de nouvelles actions :

1 – la diffusion de masse et l’étude du document de Ganapathy du PCI(m) dans toutes les langues possibles ;

2 – le développement sur ​​les plans organisationnel et politique des Comités nationaux et de la coordination nationale dans tous les pays de toutes les différentes forces qui soutiennent la guerre populaire en Inde avec l’objectif de développer de longues campagnes dans les 6 prochains mois – le mois de solidarité exemplaire aux Philippines, déclaré par le Parti Communiste des Philippines ;

3 – la naissance d’un site international nouveau et complet d’information et de contre-information dans le monde, en anglais, espagnol et langues d’origine, prêt pour le 25 novembre 2013 ;

4 – le lancement d’une nouvelle campagne internationale unifiée – début le 5 octobre 2013 – contre les attaques du gouvernement indien contre Saibaba [dirigeant du Front Démocratique Révolutionnaire], les étudiants pour la résistance, les artistes et les intellectuels. Cette campagne doit être développée dans toutes les zones universitaires, écolières et intellectuelles dans tous les pays ;

5 – le développement d’une nouvelle journée internationale pour les 4000 prisonniers maoïstes et populaires et pour la libération de dirigeants du PCI(m) – cette journée sera fixée après le 25 novembre, après consultation internationale ;

6 – pour 2014 – le Comité International développe un travail planifié pour une DELEGATION INTERNATIONALE EN INDE AVEC LA PARTICIPATION SOLIDAIRE DE MILITANTS, INTELLECTUELS, PERSONNALITES, ETC. POUR DENONCER ET S’OPPOSER A L’OPERATION « GREENHUNT » ET TOUTES LES FORMES DE REPRESSION CONTRE LE PEUPLE INDIEN LUTTANT POUR LA REVOLUTION DE NOUVELLE DEMOCRATIE!

7 – la décision la plus importante – pour le 10ème anniversaire de la fondation du PCI(m) – le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde avec toutes les forces maoïstes, révolutionnaires, antiimpérialistes organise une deuxième Conférence internationale de soutien – possible hors Europe. Une convocation pour cette nouvelle conférence sera publiée au printemps 2014.

8 – le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde soutient la lutte de libération des Philippines et participe à toutes les initiatives de soutien, le CISGPI soutient toutes les guerres populaires et toutes les luttes armées anti-impérialiste dans le monde.

9 – le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde déclare que le meilleur soutien à la guerre populaire en Inde est de faire la révolution de nouvelle démocratie et la révolution prolétarienne dans tous les pays.

10 – le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde déclare que l’avancée de l’unité internationale des partis et organisations communistes donne plus de force au soutien à la guerre populaire en Inde dans le monde.

Lal salam !

Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde

csgpindia@gmail.com
21 septembre 2013


A bas la persécution contre le professeur GN Saibaba, de l’université de New Delhi !

Nous condamnons fermement l’action arbitraire des forces de répression indiennes, dans une tentative désespérée de faire taire les voix de la dissidence. Le 12 septembre 2013, la maison du professeur GN Saibaba a été perquisitionnée par 50 agents sous prétexte de chercher du  » matériel volé  » .

Lors de l’opération arbitraire , les agents ont empêché le professeur Saibaba et sa famille de sortir de la maison , d’accueillir des visiteurs , d’effectuer et de recevoir des appels téléphoniques et de contacter un avocat. Ils n’ont pas trouvé de matériel volé et sont partis de la maison de Saibaba en emmenant des effets personnels de la famille, incluant des téléphones mobiles, des clés USB et des copies des publications du Front Démocratique Révolutionnaire d’Inde (RD ), l’organisation dont le Dr Saibaba est secrétaire.

L’État indien, avec ses pratiques courantes et de plus en plus récurrentes de persécutions, de meurtres, d’arrestations arbitraires et d’accusations sans fondement contre les défenseurs de la lutte du peuple, tente d’arrêter la lutte d’un peuple qui n’abdiquera pas face aux intimidations et au harcèlement.

En raison de son choix de travailler en faveur du peuple, de ses efforts pour dénoncer l’Opération Green Hunt, de son travail en tant que professeur universitaire, de son rôle démocratique et engagé dans la défense du peuple indien dans la lutte contre l’oppression, la violence et la misère, nous témoignons de notre solidarité et rendons hommage au Professeur GN Saibaba. Nous condamnons également l’Etat fasciste indien pour ses crimes contre le peuple et ses dirigeants et déclarons que le peuple brésilien soutient le peuple indien dans sa juste lutte pour la libération nationale et sociale.

Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde

cgpindia@gmail.com




%d blogueurs aiment cette page :