Comité de Soutien à la Révolution en Inde


«SARBJIT»: DÉMARRAGE DANS LES MEILLEURES CONDITIONS EN INDE by CSR Inde

Sarbjit

« Sarbjit » fait sa sortie ce vendredi en Inde. À Maurice, ce film est exploité dans toutes les salles de Mont Ida Films. Le démarrage s’est fait dans les meilleures conditions.

Le film a été dans l’actualité dès le premier jour de son lancement à cause de son thème audacieux. « Sarbjit » conte le cauchemar de Sarabjit Singh, un fermier qui vivait à Bhikhiwind au Pendjab (à seulement 5 km de la frontière indo-pakistanaise). Âgé de 49 ans, il était accusé d’être impliqué dans une série d’attentats au Pakistan et il avait passé 22 ans en prison. Un tribunal l’avait condamné à mort. Il avait été agressé par six codétenus en 2013. Transporté à l’hôpital il n’a pas survécu à ses blessures.

« Sarbjit » est projeté sans l’Entertainment Tax à Uttar Pradesh. Le gouvernement de cet État a pris cette décision avant même la sortie du film. C’est très rare que les autorités accordent une telle exemption à un film. Normalement cela se fait après la sortie. D’autres États indiens pourraient emboîter le pas. L’équipe du film, en particulier le nouveau producteur Jackky Bhagnani, a remercié le gouvernement pour ce beau geste – ce qui permettra à un plus large éventail de cinéphiles à voir le film à un prix plus bas.

Tourné sous la bannière de Pooja Entertainment India Ltd. et T-Series Super Cassettes Industries Ltd., « Sarbjit » réunit Aishwarya Rai Bachchan, Randeep Hooda, Darshan Kumaar, Richa Chadda, Ankur Bhatia et Charanpreet Singh.

Un concert musical à Mumbai

Un concert musical a été organisé, le 17 mai, à l’auditorium Rang Sharda à Mumbai pour rendre un vibrant hommage à ces chanteurs et musiciens qui ont travaillé très dur pour saluer la mémoire de Sarabjit.

Randeep Hooda a eu droit à des éloges pour avoir donné vie à ce personnage tristement célèbre. Aishwarya Rai Bachchan n’a pu être présente à la suite d’un problème de santé.

Sonu Nigam, qui a prêté sa voix à la chanson « Main dardon ko pass bitha kar hi soun » de « Sarabjit », a été chaudement applaudi quand il a fait son apparition sur scène avec des béquilles. Il a été rarement vu en public ces derniers temps à la suite de son opération au genou, il y a deux mois. Sonu a fait vibrer l’auditorium avec ce morceau.

Sukhwinder Singh, Sunidhi Chauhan, Shail Hada et Kalpana Gandharv ont tous contribué à faire de cette soirée une expérience mémorable. Les autres chansons du film sont « Salamat », interprétée par Arijit Singh et Tulsi Kumar, « Tung Lak » par Sukhwinder Singh, Sunidhi Chauhan, Shail Hada et Kalpana Gandharv, « Rabba » par Shafqat Amanat Ali, « Meherbaan » par Sukhwinder Singh, Shail Hada et Munnawar Masoom, « Barsan Laagi » par Shail Hada, « Allah Hu Allah » par ShashaaTirupati, Altamash et Rabbani Mustafa Khan, « Mera Junoon » par Shail Hada et « Nindiya » par Arijit Singh.

Sonu Nigam, Sunidhi Chauhan, Sukhwinder Singh, Arijit Singh et les autres chanteurs du film ont prêté leur voix à ces chansons sans réclamer un sou. Ils ont ainsi voulu montrer leur appréciation pour le thème du film.

Le réalisateur Omung Kumar a été très applaudi pour avoir eu le courage de porter à l’écran le calvaire de ce pauvre homme victime de circonstances. Il avait débuté sa carrière en tant que responsable de décors des films tels que « Black » et « Saawariya ». Son premier film en tant que metteur en scène a été « Mary Kom », le biopic sur la boxeuse indienne magistralement interprété par Priyanka Chopra. « Sarbjit » est son second film, également un biopic.

Le producteur Sandeep Singh lui avait proposé le script de « Sarbjit » mais, initialement, il ne voulait pas tourner un autre biopic. Mais après avoir vu les vidéos de Dalbir (sœur de Sarabjit Singh) sur Internet, il avait été choqué par cette femme courageuse qui avait relevé le défi pour faire libérer son frère d’une prison du Pakistan.

Omung avait rencontré Dalbir à son bureau en compagnie de ses écrivains. La rencontre avait été très lourde et émotionnelle. La sœur ne pouvait s’empêcher de pleurer en racontant le calvaire de son frère et sa famille. L’équipe s’était même rendue au village de Sarabjit pour obtenir d’autres informations. Les cinéastes ont rencontré des codétenus de Sarabjit, des journalistes, des militaires et des diplomates.

Source

Advertisements

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :