Comité de Soutien à la Révolution en Inde


La vente de Tata Steel, début de la fin pour le financeur de la Salwa Judum? by CSR Inde

Coucher de soleil sur l'aciérie Tata Steel de Port Talbot, au Pays de Galles, le 30 mars.

L’onde de choc déclenchée au Royaume-Uni par Tata avec la mise en vente de ses activités sidérurgiques marque un échec retentissant pour le géant indien qui avait jusque-là enchaîné les succès en Grande-Bretagne.

Tata Group a accumulé les rachats de marques anglaises prestigieuses depuis une quinzaine d’années, avec le thé Tetley, le constructeur automobile Jaguar Land Rover (JLR) et le sidérurgiste Corus.

Le conglomérat indien, qui détient une centaine d’entreprises dans autant de pays, gère également l’hôtel St James près de Buckingham Palace, et sa filiale spécialisée dans les services informatiques Tata Consultancy Services (TCS) fournit un tiers des entreprises de l’indice phare FTSE-100 de la Bourse de Londres.

En Inde, les marques de Tata sont omniprésentes dans le quotidien des Indiens, du sel aux camions en passant par les montres, représentant un tiers de ses 108 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2014-2015.

« Tata est un nom familier en Inde où il est présent depuis plus de 100 ans, c’est un des pionniers de l’industrie indienne », note Rajrishi Singhal, analyste du think tank Gateway House basé à Bombay.

Pourtant le groupe, fondé en 1868 à l’époque coloniale britannique, a connu des déboires récemment, certaines activités comme Tata Motors (automobile) et Tata Steel (sidérurgie) affichant de piètres performances.

Ratan Tata, président de la holding familiale Tata Sons depuis 1991, est crédité de l’expansion internationale du groupe.

L’héritier de la dynastie Tata a enchaîné les rachats dans le monde entier, acquérant ainsi la marque de café américain Eight O’Clock Coffee ou le fabricant de camions sud-coréen Daewoo Commercial Vehicle.

Au moment où la Chine montrait un appétit vorace en acier en 2007, Tata a payé 13,7 milliards de dollars pour acquérir le sidérurgiste anglo-néerlandais Corus Group, lourdement endetté.

Huit ans plus tard, dans une conjoncture mondiale incertaine, l’industrie sidérurgique ploie sous les surplus. La Chine, en plein ralentissement, exporte son acier bon marché, mettant à rude épreuve les sidérurgistes occidentaux.

« Historiquement, Tata Steel avait toujours été un vaisseau-amiral du groupe », explique Pradip Shah, président d’IndAsia Fund Advisors, société de conseil en investissement et membre du conseil d’administration de Tata Investment Corporation.

« Mais depuis cinq ou six ans, il est apparu plus comme un problème que comme un symbole de succès dans le portefeuille de Tata », dit-il à l’AFP.

– JLR, la renaissance –

Le fondateur du groupe Jamsetji Tata a créé la première usine sidérurgique de l’Inde en 1907 dans un village devenu la ville du groupe, Jamshedpur.

Lorsque l’Inde a ouvert son économie aux investisseurs étrangers dans les années 90, suscitant une concurrence accrue, Tata a fait le choix de se développer à l’étranger.

Le groupe est désormais dirigé par Cyrus Mistry, le premier président à ne pas être un membre de la famille.

Le conglomérat indien maintient ses ambitions planétaires, voulant que ses produits soient accessibles à un quart de la population mondiale d’ici 2025.

En Grande-Bretagne, les marques de luxe Jaguar et de SUV Land Rover, des fiertés britanniques, ont connu depuis leur rachat une renaissance et le chiffre d’affaires de JLR, basé à Coventry dans le centre de l’Angleterre, a plus que triplé entre 2010 et 2015.

JLR a encore annoncé l’an dernier l’investissement de 600 millions de livres supplémentaires pour produire des voitures au Royaume-Uni.

TCS, la filiale de services informatiques, est la vache à lait du groupe et emploie 11.000 personnes rien qu’au Royaume-Uni.

En revanche, l’histoire est bien différente pour Tata Steel, qui perdrait 1 million de livres par jour dans sa seule usine de Port Talbot au pays de Galles.

Mais pour Yet Wyn Grant, professeur de politique à la Warwick University, Tata reste bien vu par les Britanniques grâce à ses investissements.

« Je pense que (les Britanniques) gardent l’image positive d’une bonne entreprise et ne leur en tiennent pas rigueur, car ils perdent de l’argent, mais ils en veulent au gouvernement ».

Source

n’oublions pas ce que dit Arundhati Roy dans ma marche avec les camaardes:

 » En avril, le gouvernement BJP du Chhattisgarh a signé deux accords pour créer des aciéries intégrées (dont les termes sont secrets). Un pour 70 milliards de roupies avec Essar Steel à Bailadila, et l’autre pour 100 milliards de roupies avec Tata Steel à Lohandiguda. Le même mois, le Premier Ministre Manmohan Singh a énoncé sa fameuse déclaration à propos des maoïstes étant la ‘Menace la Plus Grave pour la Sécurité Intérieure’ de l’Inde. (C’était une chose étrange à dire à ce moment-là, parce qu’en fait, c’était l’opposé qui était vrai. Le Gouvernement du Congrès de l’Andhra Pradesh venait juste de mettre les maoïstes sur la touche, de les décimer. Ils avaient perdu environ 1.600 de leurs cadres et étaient dans le plus complet désordre). La déclaration du Premier Ministre a fait monter en flèche la valeur des actions des sociétés minières. Elle a également envoyé un signal aux médias que les maoïstes était une proie facile pour quiconque qui choisissait de courir après eux. En juin 2005, Mahendra Karma a appelé à une réunion secrète de Mukhiyas dans le village de Kutroo et a fondé la Salwa Judum. Un charmant mélange de truculence tribale et de sentiment Nazi….

Le premier village que la Salwa Judum a brûlé (le 18 juin 2005) était Ambeli. Entre juin et décembre 2005, elle a brûlé, tué, violé et pillé sur son chemin à travers des centaines de villages du Dantewara Sud. Le centre de ses opérations était les districts de Bijapur et de Bhairamgarh, près de Bailadila, où la nouvelle usine Essar Steel était en projet. Ce n’est pas une coïncidence, il y avait aussi des bastions maoïstes, où les Jantan Sarkars avaient fait beaucoup de travail, surtout pour construire des structures de récupération d’eau. Les Janata Sarkars sont devenus la cible spéciale des attaques de la Salwa Judum. Des centaines de personnes ont été assassinées avec les manières les plus brutales. Environ 60.000 personnes ont déménagé dans les camps, certaines volontairement, d’autres sous la terreur.

Une ébauche de rapport sur les Relations Agraires de l’Etat et la Tâche Inachevée de la Réforme de la Terre (Volume 1) a dit que Tata Steel et Essar Steel étaient les premiers financiers de la Salwa Judum.

Publicités

Un commentaire so far
Laisser un commentaire

[…] articles sur les crimes du groupe Tata: ici, ici, là, là, là et […]

Ping par Que fait la France en Inde? | Comité de Soutien à la Révolution en Inde




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :