Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Au Maharashtra, pas une goutte à boire, mais suffisamment d’eau pour les usines sucrières de l’État by CSR Inde

ou comment fonctionne le lobby de l’industrie sucrière ?

A une époque où 2/3 du Maharashtra croule sous la pire sécheresse du siècle, les usines de sucre dans l’état ont pu heureusement prélevé de l’eau des rivières sous le regard complaisant du gouvernement de l’État. Ce prélèvement d’eau par Sahakarmaharshi Bhausaheb Thorat Sahakari Sakhar Karkhana Ltd de Sangamner dans le district de Ahmednagar a conduit à l’indignation parmi les victimes de la sécheresse impactées en aval.

Cette usine a construit un bâtiment pompe dans le lit de la rivière Pravara au milieu du canal maintenant à sec dans le but de pomper l’eau. L’eau est également recueillie à partir de plusieurs trous creusés dans le lit asséché de la rivière. En outre, l’usine utilise deux grands étangs de ferme, un de 25 pieds de profondeur et l’autre d’environ 18 pieds de profondeur pour stocker l’eau quand elle est relâchée dans la rivière. Ces bassins subissent d’énormes pertes par évaporation. les responsables de l’usine jubilaient le 28 Mars: « les étangs agricoles seront remplis dès que de l’eau potable sera disponible. Nous les remplissons à chaque rotation « .

Anil Kawade le contrôleur d’Ahmednagar insiste sur le fait que de l’eau est libéré uniquement à des fins de consommation. Lorsqu’on lui a demandé s’il entamerait une action, il a admis avoir les mains liées. « Les ordres en ce sens ne peuvent provenir que du gouvernement de l’État», dit-il.

Pire, l’usine de traitement en panne depuis trois ans  libère les effluents directement dans le flux. « Ils ne prélèvent pas seulmement l’eau de la rivière, mais aussi salissent ce qui reste des effluents qui sont ensuite repris par les agriculteurs », a déploré Parineeta Dandekar du Réseau Asie du Sud sur les barrages, rivières et Peuple (SANDRP), qui se demande pourquoi cela a été ignoré aussi bien par les contrôleurs d’Ahmednagar que par les autorités en charge du contrôle de la pollution.

Balasaheb Thorat, le poids lourd du parti du Congrès (ancien ministre du budget et l’agriculture de l’Etat) qui est propriétaire de l’usine se demandait pourquoi il était montré du doigt. « Sugarcane cultive 200 000 hectares au Marathwada et environ 100 000 hectares à Solapur. Toutes les usines de sucre prélèvent de l’eau pour le concassage, pourquoi suis-je pointé du doigt? « 

Il a également dit qu’une fois que la canne à sucre a été récoltée, personne ne pouvait arrêter l’écrasement ou refuser de donner de l’eau. Confirmant les chiffres de Thorat concernant la superficie totale des cultures de canne à sucre, Dandekar a expliqué comment 80% de la récolte de cash est cultivée dans les zones à pénurie d’eau aiguë. « 

Tout en précisant clairement comment l’usine de Thorat n’a pas d’installations de co-génération ou de distillation, elle a souligné comment l’usine de sucre Solapur de Lokmangal a également prélevé l’eau du barrage Lower Terna malgré qu’il ne restait presque plus d’eau. Dandekar a souligné comment le stockage de l’eau dans les barrages dans les zones de culture de canne à sucre a été faible cette année en raison d’une mousson déficiente.

« Kolhapur, une région suffisante en eau, a reçu seulement 35,8% des précipitations moyennes. Solapur, avec le plus grand nombre d’usines de sucre dans l’état, a obtenu seulement 193,9 mm de pluie et le barrage Ujani, le plus grand du bassin de la rivière Bhima qui prend en charge la canne à sucre et l’écrasement des cultures de Solapur, a des réserves vides. « 

Cependant n’est-ce pas le gouvernement qui a persisté à maintenir  broyage de la canne à sucre à forte intensité d’eau alors que la mousson a été déficiente trois fois au cours des quatre dernières années?  » En Août, Eknath Khadse, le ministre du budget a dit que l’Etat envisageait d’interdire l’écrasement de la canne à sucre dans les zones touchées par la sécheresse et de protéger l’eau potable existante», se souvient Dandekar.

Environ 164 usines de sucre avaient demandé l’autorisation de l’Etat pour commencer l’écrasement. Bien que le gouvernement avait déclaré que le processus ne serait pas autorisée dans certaines parties en raison de la pénurie d’eau, aucun ordre écrit n’a été envoyé. Un haut fonctionnaire de l’Autorité de Régulation des Ressources en Eau du Maharashtra a admis qu’eux aussi avaient tiré la sonnette d’alarme en septembre auprès de l’État. «Politiquement, ce n’est pas facile d’imposer quoi que ce soit au tout-puissant lobby du sucre dans l’État. Mais le gouvernement devrait penser à la situation que nous observons », a déclaré un haut fonctionnaire. Girish Mahajan, le ministre des ressources en eau n’a pas pu être atteint.

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :