Comité de Soutien à la Révolution en Inde


« Mon visage est aujourd’hui le visage de la lutte au Bastar » Soni Sori by CSR Inde

12717936_796767777095651_754074583073102435_n

Soni Sori, la militante des droits des tribaux, qui a été attaqué avec un produit chimique acide au Chhattisgarh le mois dernier, a déclaré aujourd’hui que l’état de son visage était le reflet de la lutte dans la région naxaliste du Bastar.

«Mon visage est aujourd’hui le visage de la lutte en Bastar, la condition est la même. J’ai aussi été emprisonnée dans une affaire montée afin de m’associer aux naxalites, de la même façon qu’il (Kanhaiya) a été ciblé pour ses soi-disant liens terroristes. Je suis heureux que la JNU ait commencé ce mouvement massif qui a aidé à obtenir une libération sous caution pour Kanhaiya » a déclaré Sori tout en répondant aux étudiants de la JNU.

Sori, a été présentée par Kanhaiya au public au bloc d’administration de la fac, qui a été le lieu de protestation depuis l’arrestation du président du syndicat des étudiants pour une affaire de sédition concernant un événement organisé contre la pendaison d’Afzal Guru, qui avait été condamné pour l’attaque du parlement au cours duquel des slogans anti-nationaux auraient été scandés.

An acid attack survivor from Chhattisgarh, Sori on Monday said it was her turn to stand with the JNU students after all the support she has received from them all these years.

«Le gouvernement ne dit rien lorsque les femmes sont violées par des policiers, mais dans ce cas, ils ont appliqué toutes leurs tactiques, mais n’ont pas pu trouver la moindre preuve contre Kanhaiya. Les étudiants de JNU ont toujours exprimé leur solidarité avec mon combat depuis 2011 », a-t-elle ajouté.

Sori, qui avait participé sans succès aux élections de Lok Sabha sur pour le parti AAP en 2014, a été transférée vers la capitale par le parti et emmené à l’hôpital vu que les médecins locaux étaient « incapables » d’identifier le produit chimique et de la soigner.

L’enseignante Adivasie a été arrêtée en 2011 par la Direction générale de la criminalité de la police de Delhi pour le compte de la police du Chhattisgarh sur des accusations d’agir comme un propagandiste/recruteur pour les maoïstes. Au cours de son emprisonnement, elle a signalé qu’elle avait été torturée et agressée sexuellement par la police du Chhattisgarh. En Avril 2013, les tribunaux indiens l’ont acquitté dans six des huit plaintes déposées contre elle en raison du manque de preuves.

Lorsque l’agitation pour la libération de Kanhaiya se déroulait, un groupe d’étudiants de la JNU avait brûlé l’effigie de Raman Singh, ministre en chef du Chattisgarh pour condamner l’attaque envers Sori.

Source

d’autres articles sur la lutte de Soni Sori: 1, 2, 3, 4, 5, 6

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :