Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Liberté inconditionnelle pour le Dr GN Saibaba ! by CSR Inde

liberté pour Saibaba

Le vieil Etat indien persécute, arrête et torture les démocrates

« Je vais perdre ma main si je ne reçois pas mon traitement.  »
Extrait de la lettre de GN Saibaba au juge de l’État de Gadchiroli

Le professeur Dr GN Saibaba, éminent militant pour les droits du peuple en Inde, a de nouveau été emprisonné le 25 Décembre après que la Haute Cour de Bombay eut annulé sa caution.

L’État de Maharashtra, dont les forces de police ont enlevé le professeur Saibaba le 9 mai 2014, le maintenant incarcéré sous la loi fasciste de Prévention des Activités Illégales, l’accusant de liens avec le Parti Communiste d’Inde (Maoïste). A l’occasion de cette première incarcération, GN Saibaba fut conduit à Aheri, dans le district de Gadchiroli, dans le Maharastra, puis par la suite, à la prison Centrale de Nagpur, où il a été détenu jusqu’en juin 2015.

Comme nous l’avons dénoncé à plusieurs fois dans les pages d’AND [A Nova Democracia], le professeur Saibaba est limité à 90 % des mouvements de son corps en raison de la polio  et la cellule dans laquelle il a été maintenu emprisonné dans un isolement complet, nommée « cellule Anda », n’était pas adaptée à ses déplacements, ou pour utiliser les sanitaires. Il n’a pas reçu  d’alimentation adéquate pour ses divers problèmes de santé à traiter et il lui a été refusé le droit à un traitement médical et l’assistance de sa famille.

Après une campagne internationale de dénonciation et de protestation et d’une grande mobilisation des organisations et personnalités démocratiques de toute l’Inde, la défense de Saibaba se poursuit, et, par le versement d’une caution, il a obtenu une mise en liberté provisoire pour traitement médical.

Mais, le 23 décembre 2015, la Haute Cour de Bombay a annulé sa caution la nuit de Noël, et Saibaba a de nouveau été emprisonné.

058be-10369734_808883375803379_8900794071143625116_n

Le 5 janvier, le professeur a envoyé une lettre rédigée de sa propre main au juge principal du district de Gadchiroli et aux sections des tribunaux relatant la gravité de sa santé qui se dégrade rapidement et ses besoins diététiques et de traitement médical.
« Je suis confronté à diverses maladies de nature grave qui doivent être traitées dans le Centre de Lésions Vertébrales de l’Inde [ISIC], à New Delhi, pour mon épaule gauche, qui a été sérieusement blessée en prison », relate Saibaba dans sa lettre.

L’ISIC et autres centres spécialisés dans lesquels Saibaba a été traité, ont conclu que trois muscles en lien avec l’épaule et le système nerveux ont été endommagés, et qu’il ne pourra plus utiliser sa main gauche s’il ne reçoit pas de traitement adéquat.

« Je suis continuellement soumis à de la physiothérapie, de l’ergothérapie, de l’hydrothérapie et de la thérapie électromagnétique, qui nécessitent divers instruments. Mon emprisonnement a interrompu totalement ce traitement, ce qui est complètement préjudiciable pour ma main gauche. Comme je suis paralysé à 90 %, du fait de la polio, mes jambes ne peuvent pas bouger. Il en résulte que je ne peux ni me tenir debout, ni marcher et que je dois rester totalement confiné sur une chaise roulante. Si ma main gauche n’est pas soignée, je n’aurais plus qu’à vivre avec une seule main, ce qui rendra ma vie une tâche impossible »,  proteste  le professeur dans sa lettre.

GN Saibaba a demandé au juge de donner des ordres nécessaires pour qu’il soit reconduit  immédiatement vers un traitement et a demandé des installations minimales et des aides pour des soins journaliers comme le bain, l’usage des toilettes, le déplacement, l’alimentation entre autres adaptations en adéquation avec sa condition jusqu’à ce qu’ il soit délocalisé vers un hôpital.

Le professeur Saibaba souffre aussi d’une maladie de cœur grave et lors des 14 mois où il a été détenu en prison, il a eu des évanouissements. Les parois de son cœur ont épaissies, ce qui rend difficile la circulation du sang. Il a aussi des problèmes rénaux, de traitement urinaire, de la vésicule biliaire et intestinaux qui ne lui permettent pas de manger la nourriture de la prison.  Il a besoin d’un régime spécial. Il a demandé le contrôle régulier de sa pression artérielle, un accompagnement médical pour que ces maladies soient soignées dans un hôpital, avec des aliments adéquats.

Liberté pour Saibaba!

« J’ai lutté pour les pauvres »

« Ne perdez pas l’espoir, j’ai lutter pour les pauvres, je ne me suis trompé en rien. » Telles ont été les dernières paroles de Saibaba à son épouse Vasantha, qui tenait la  main de son mari avec fermeté. Quatre heures plus tard, Saibaba était reconduit dans sa « cellule Anda », un réduit de forme ovale avec peu de lumière et d’air, avec accès à quelques feuilles de papier, un porte-plume, des livres de poésie et de droit civil, outre d’avoir à vivre en commun avec la torture des prisonniers emprisonnés dans les cellules voisines.

A la maison, Vasantha et sa fille sont soutenues par des membres d’un Comité de Défense créé pour la défense du professeur Saibaba, avocats et activistes des mouvements populaires de défense des droits du peuple. Elles vivent de repas frugaux, depuis que le salaire mensuel de Saïbaba a été amputé de moitié. Sa famille a été expulsée du Campus de l’Université de Delhi, où ils vivaient après l’emprisonnement du professeur en mai 2014.

« Il était un homme connu, qui causait des problèmes à l’État pour sa participation active contre l’opération Green Hunt »[sous laquelle ont été envoyées des forces paramilitaires pour combattre les maoïstes dans les forêts du Chhattisgarh, d’Orissa, d’Andhra et du Maharashtra, une stratégie du gouvernement pour nettoyer les terres tribales pour les grandes compagnies minières], affirme Vasantha, assise à la table de la petite cuisine de la maison louée par la famille.

Saibaba

La fille de la maison, étudiante de seconde année, debout, près de sa mère, affirme qu’elle est fière de son père, et qu’elle lui écrit des  lettres pour lui donner du courage et du soutien.

« Mon père est mon héros, il est resté près des pauvres et a lutté contre les riches qui persécutent les tribaux continuellement. C’est mon inspiration », affirme sa fille.

« C’est un grave cas de violation des droits de l’Homme. Il lui est refusé la caution alors qu’il est en traitement dans un hôpital pour des lésions à la colonne vertébrale », dit Prashan Bhushan, un des principaux avocats d’Inde qui, justement avec Kamini Jaiswal, autre avocat et activiste des droits de l’Homme, se sont proposés de s’occuper du cas de Saibaba.

Des voix démocratiques s’unissent

Le Comité pour la Défense et la Liberté du Dr. GN Saïbaba a envoyé un communiqué de presse notifiant une manifestation unifiée de plus de 40 organisations démocratiques et populaires de tout Delhi et d’autres États contre le nouvel emprisonnement de Saibaba. Et aussi contre le procès pour « manque de respect » engagé contre l’écrivaine démocratique Arundhati Roy.

Saibaba

Le Comité dénonce que Saibaba ait été pris et emmené à la Prison Centrale de Nagpur alors que les tribunaux étaient en vacances, pour qu’il ne fut pas possible de présenter un recours.

Duta Nandita Narain, président du Comité pour la Défense et la Liberté du Dr. GN Saibaba appelle toutes les voix démocratiques à s’unir dans une grande mobilisation pour la libération du professeur et activiste des droits des peuples. Des professeurs, étudiants, activistes des mouvements populaires, démocratiques et révolutionnaires indiens, et plus largement des personnalités démocratiques, ont réalisé le 16 janvier, une manifestation massive à l’Université de Delhi, où Saibaba enseignait, exigeant sa libération immédiate.

liberté pour Saibaba

Source

d’autres articles sur le professeur Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16

Publicités

8 commentaires so far
Laisser un commentaire

[…] des infos sur le professeur Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 […]

Ping par Liberté pour Saibaba! | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] d’autres articles sur le professeur Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 et 17 […]

Ping par Liberté pour le professeur Saibaba! | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] articles sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14,15, 16 et 17 Lien […]

Ping par Paris: Meeting pour la libération du professeur Saibaba et de tous les prisonniers politiques en Inde ! | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] Des articles sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14,15, 16 et 17 […]

Ping par Le professeur Saibaba obtient sa libération sous caution! | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] D’autres articles sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 et17 […]

Ping par Déclaration du comité pour la défense et la libération du Dr GN Saibaba | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 et […]

Ping par Prof G N Saibaba, handicapé à 90% – « En prison, on a tenté de me tuer en silence  | «Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12,13, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et […]

Ping par Je suis fier de Kanhaiya, Khalid, Anirban, déclare le Professeur Saibaba | Comité de Soutien à la Révolution en Inde

[…] sur la lutte du Pr Saibaba: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20 et […]

Ping par La prison est une expérience déshumanisante, dit Saibaba | Comité de Soutien à la Révolution en Inde




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :