Comité de Soutien à la Révolution en Inde


L’Inde veut trois sous-marins Scorpène supplémentaires de DCNS by CSR Inde
La marine indienne veut trois autres Scorpène identiques aux six premiers vendus en 2005
La marine indienne veut trois autres Scorpène identiques aux six premiers vendus en 2005 
La marine indienne veut trois Scorpène supplémentaires identiques aux six premiers vendus en 2005 par DCNS. L’Inde voudrait aller vite.

Il n’y a pas que le Rafale qui compte à New Delhi même si Paris mise avant tout sur l’avion de combat de Dassault Aviation lors de la venue en Inde de François Hollande, qui entame dimanche une visite d’État de trois jours. Toutefois, le Premier ministre indien Narendra Modi devrait certainement évoquer dans ses rencontres avec le président français les sous-marins Scorpène fabriqués par le groupe naval DCNS. Le patron de la direction des programmes Pierre Legros, qui veille à la performance calendaire, économique, technique et au respect des engagements pour la réalisation des bâtiments de surface et des sous-marins, fera partie de la délégation française.

La marine indienne en veut trois de plus identiques aux six premiers dans le cadre d’un « repeat order », une clause équivalente à des options dans le cadre du programme P75 dont le contrat a été signé en 2005 pour l’acquisition de six Scorpène, selon nos informations. « Cette commande peut aller vite, c’est bien parti », précise-t-on à La Tribune. L’avenant au programme P75 concernait initialement six autres sous-marins. En France, on ne désespère pas de vendre les trois derniers équipés d’un nouveau système de propulsion anaérobie (AIP) développé par l’Inde.

Maintenir les compétences en Inde

Depuis la mise à l’eau début avril du sous-marin Kalvari, le premier Scorpène dont la coque a été fabriquée par le chantier naval public indien Mazagon Dock (MDL), la France veut également avancer sur le dossier d’une nouvelle commande mais… une fois finalisé le contrat Rafale. Ce dossier porte sur trois Scorpène supplémentaires, dont les coques seront fabriquées à nouveau par MDL, qui est « très bon » dans ce domaine, explique-t-on à La Tribune. « Les Indiens veulent garder la compétence technologique et industrielle que DCNS a transférée », explique-t-on à La Tribune

Cette commande permettrait également de donner de la charge de travail à Mazagon Dock, qui a pratiquement fabriqué les coques des six premiers Scorpène. La sixième coque serait en voie de finalisation. Ce qui fournirait au chantier naval de Mumbai du travail pour une quinzaine d’années supplémentaires après 2018. Le Kalvari devrait entrer en service opérationnel en septembre 2016 plus de onze ans après la signature du contrat. Puis les cinq autres entreront en service à un rythme de neuf mois d’écart.

L’Inde démunie face à la Chine

Enfin, l’Inde a lancé un nouvel appel d’offres international (P-75 I) pour l’acquisition de six  sous-marins supplémentaires après une décision du conseil d’acquisition du ministère de la Défense. Quatre sous-marins seront construits par deux chantiers navals indiens – MDL (3 sous-marins) et Hindustan Shipyard Limited (1) contre initialement six fabriqués en Inde – sur la base d’un nouveau transfert de technologies. Les deux autres le seraient à l’étranger par le chantier naval étranger sélectionné.

Pour l’Inde, la construction de nouveaux sous-marins est cruciale devant la puissance de la flotte sous-marine de la Chine, qui disposerait d’une soixantaine de sous-marins, dont 38 à propulsion classique (diesel-électrique). D’autant que New Delhi a constaté que le nombre de sous-marins à propulsion diesel-électrique dans sa marine est inférieur à celui prévu par le Plan prospectif naval, en partie en raison des retards dans la construction des Scorpène. Durant les 15 dernières années, deux sous-marins sont entrés en service alors que cinq ont été retirés sur la même période.

Au total, l’Inde disposerait actuellement dans sa flotte d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), d’un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) et de 15 sous-marins à propulsion classique. Enfin, le DRDO, l’organisme de recherche indien, a lancé un projet portant sur le développement d’un système AIP (Air Independent Propulsion), basé sur la technologie d’une pile à combustible acide phosphorique (PAFC)

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :