Comité de Soutien à la Révolution en Inde


En Inde, forte pression raciste y compris contre une vedette de Bollywood qui dénonce l’intolérance by CSR Inde
L’histoire du jour nous emmène en Inde et nous montre combien le cinéma est loin d’être une simple distraction là-bas

On sait que le cinéma, ça peut rapporter beaucoup d’argent : un demi-milliard de dollars. C’est ce qu’a déjà ramené le dernier avatar de Star Wars en quelques jours. Record absolu.

Dilwale.jpg

Pourtant, en Inde, il y avait un concurrent sérieux dans les salles de cinéma. Le film « Dilwale », littéralement « L’amant », sorti la semaine dernière avec à l’affiche, la mégastar Sharhukh Khan. Sharukh Khan dit « le King », acteur, producteur, présentateur télé, bref le roi de Bollywood.

Sauf que Sharukh Khan a eu l’audace, le mois dernier, de donner une interview dans laquelle il a critiqué –attention-« l’intolérance » de son pays. Sharukh Khan a en effet osé émettre le vœu que pour l’année qui vient, l’Inde ne fasse plus de différence entre les castes, les genres, les origines ethniques et surtout, religieuses.

 

Des propos qui s’inscrivent dans un contexte très particulier, puisque l’Inde est secouée par des tensions religieuses de plus en plus graves. On l’a vu en septembre dernier lorsqu’un homme, un musulman, a ainsi été battu à mort par une centaine de personnes parce qu’il aurait mangé du bœuf. Dans la plupart des états indiens, c’est en effet totalement interdit. Le trafic et la consommation de viande bovine sont traqués par de véritables milices. Il faut dire que l’Inde, c’est environ 80% d’hindous, 14 % de musulmans, et puis des chrétiens, des zoroastriens, des bouddhistes. Depuis l’arrivée au pouvoir l’an dernier du nationaliste hindou Narendra Modi, les affrontements interreligieux n’ont cessé de se multiplier. Le gouvernement est accusé d’inertie face au problème et certains ministres semblent même souffler sur les braises.

Du coup, la sortie de Sharukh Khan – lui-même musulman, a déclenché la fureur des radicaux. Ils ont appelé au boycott de son film, il y a eu des manifestations un peu partout ce week-end en Inde et le film est donc parti pour faire un flop, au point que Sharukh Khan a dû revenir sur ses propos en disant qu’ils avaient été, disons… mal interprétés et qu’on ne pouvait pas véritablement parler d’intolérance en Inde.

Comme quoi, le box office a toujours raison.

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :