Comité de Soutien à la Révolution en Inde


« Prêts pour la lutte armée contre l’extraction de bauxite » by CSR Inde

Armed tribals at a meeting against the proposed bauxite mining in the Jerrila Reserve Forest Area in Visakhapatnam district. — Photo: C.V. Subrahmanyam

L’opposition et le ressentiment envers le leadership politique sont très répandus. Hommes, femmes et adolescents sont clairs dans leur volonté de ne pas autoriser l’exploitation minière de la bauxite.

Environ 8.000 tribaux, qui seraient directement touchés par le projet d’exploitation minière de bauxite dans les 1212 hectares de réserves forestières à Jerrila et Chintapalli pour lesquelles le gouvernement a émis des ordres visant au changement de destination des terres forestières, sont en armes.

L’opposition et le ressentiment envers le leadership politique sont très répandus. Hommes, femmes et adolescents sont clairs dans leur volonté de ne pas autoriser l’exploitation minière de la bauxite sur leur territoire. Tout le monde est conscient des enjeux.

Hommes et femmes sont unanimes dans leur appel au gouvernement à retirer le GO 97 datant du 5 Novembre.

« Toute mesure visant à exploiter la bauxite rencontrerait une opposition armée, » ont déclaré les jeunes et les femmes et pour prouver leur sérieux, ils ont assisté à la réunion publique organisée à Jerrila Panchayat en portant leurs armes traditionnelles.

Au nom des populations tribales, Chinna Abbai, une personne âgée déclare à la réunion publique. « La protestation contre l’exploitation minière n’est pas nouvelle, mais les fonctionnaires du gouvernement ont poursuit leur exploration de l’endroit et maintenant le GO (ordre gouvernemental) a été émis, nous ne leur permettrons pas de faire tomber ces montagnes ! »

« Le gouvernement a été en mesure de poursuivre l’exploration et également de passer le GO sur l’exploitation minière seulement parce que certaines des tribus ont pris le parti des dirigeants politiques. Nous ne permettrons pas aux populations tribales qui travaillent contre les intérêts des autres tribus de continuer ainsi. Nous allons les chasser « , a déclaré un autre tribal.

Les tribus, qui étaient venues de toutes les 73 zones qui seraient directement touchées par la première phase de l’exploitation minière, sont d’accord avec chaque discours fait contre le coup opéré par le gouvernement, ce qui reflète le fait qu’ils étaient conscients du fait que leurs vies et leurs moyens de subsistance sont en jeu.

« Une fois l’exploitation minière commencée cela affectera le flux d’eau à Sileru et affectera non seulement, la vie des tribus dans la région de l’Agence mais aussi celle des personnes vivant en aval » selon Adapa Vishnumurty, un résident de Jerrila.

Korra Ganjibabu de Boddalagondi dans Jerrila panchayat déclare « Les dirigeants politiques ne sont pas intéressés par le développement des populations tribales, ils ne savent rien faire d’autre que de faire des déclarations en faveur de la consommation publique. Nous ne leur faisons pas confiance « ,.

« Reddy, le ministre en chef du YS Rajasekhara a vendu les droits miniers de ces domaines. Comment pouvons-nous faire confiance au Congrès YSR et penser qu’ils ne permettront pas l’extraction de la bauxite « , a-t-il ajouté.

Il a interpelé Giddi Eswari l’édile MLA de Paderu avec une question précise: «Quelle garantie avons-nous que vous ne deviendrez pas favorable à l’extraction de bauxite si votre parti arrive au pouvoir lors des prochaines élections et que vous devenez ministre» Le député a donné une promesse solennelle de garder sa position contre toute tentative d’exploitation minière dans la région de l’Agence.

L’exploitation des mines de bauxite conduira à des déplacements des communautés adivasies comme les Khond, Nooka Dora, Dora Bagata et Manne. Certaines de ces tribus sont identifiées comme des groupes tribaux particulièrement vulnérables.

En outre, certains d’entre elles seraient victimes de déplacements multiples puisqu’elle avaient déjà déménagé dans les collines de l’Agence Visakha en raison de plusieurs projets dans leur ancienne zone de Koraput Orissa.

Ils seraient de nouveau contraints d’abandonner un habitat qui leur a donné des terres pour l’agriculture, l’eau adéquate et de la forêt pour leur subsistance. VS Krishna le secrétaire général du Forum des Droits Humains de l’AP (Andhra Pradesh) et du Telangana exige que le gouvernement retire son autorisation des mines de bauxite dans les domaines de l’Agence.

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :