Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Pourquoi l’Inde est-elle devenue le “pays du viol” pour les médias occidentaux? by CSR Inde
6 novembre 2015, 1:47
Filed under: Actualités d'Inde, Patriarcat | Mots-clefs: , ,
Une manifestation le 18 octobre 2015 à Delhi devant un commissariat

Depuis le viol collectif d’une Indienne dans un bus à New Delhi fin 2012, l’Inde fait régulièrement les gros titres des médias internationaux à chaque nouvelle agression sexuelle sordide. Entre réalité chiffrée, prisme post-colonialiste et tradition culturelle et religieuse, comment l’Inde en est venue à être représentée comme le “pays du viol” ?

 Le 16 décembre 2012, une jeune Indienne de 23 ans était victime d’un viol collectif dans un bus à New Delhi. Elle succombait à ses blessures quinze jours plus tard, suscitant une vague de manifestations sans précédent en Inde. Le 31 décembre 2012, l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait demandé, par la voix de son Haut commissaire aux droits de l’Homme, Navi Pillay, l’organisation d’un “débat d’urgence” sur les agressions sexuelles faites à l’encontre des femmes dans le pays:

“Espérons que 2013 sera l’année où les choses changeront s’agissant des violences contre les femmes en Inde (…) Le public exige une transformation des systèmes qui perpétuent les discriminations à l’encontre des femmes et l’émergence d’une culture qui respecte la dignité de celles-ci dans la loi et dans les pratiques, avait-elle souligné, rappelant que l’incident n’étaitque le dernier en date d’une longue série”.

En mars 2013, l’Inde a ensuite voté une nouvelle loi pour durcir les sanctions pénales à l’encontre des auteurs de violences sexuelles. Depuis, les faits divers sordides concernant des viols en Inde continuent d’être repris dans les médias du monde entier. Samedi 17 octobre, l’AFP rapporte que deux filles de 2 et 5 ans ont été enlevées et violées à New Delhi, par deux groupes d’hommes dans des quartiers différents de la capitale. Cette concomitance s’ajoute à l’annonce du viol présumé d’une fillette de 4 ans par un groupe d’hommes, une semaine plus tôt, toujours à New Delhi.

Le caractère abject de ces viols ajouté au jeune âge des victimes a influencé la viralité de ces faits divers, qui ont été partagés massivement en ligne. L’activiste Swati Maliwal, membre de la commission gouvernementale de Delhi qui affirme avoir rencontré l’enfant de 5 ans agressée samedi, s’est notamment fendue d’un tweet appelant “New Delhi à se réveiller”.

“Pourquoi l’Inde a un problème avec les violences sexuelles”

Fin décembre 2012, une journaliste du Washington Post et une correspondante en Inde se sont interrogées sur les “10 raisons pour lesquelles l’Inde a un problème avec les violence sexuelles”. Selon elles, les victimes d’agressions hésiteraient moins à dénoncer ce crime si elles étaient écoutées par des femmes policières. Or, 93 % des policiers de New Delhi sont des hommes, d’après le Time of India. Les journalistes soulignent également le rôle prépondérant d’une “culture du viol” jugée plus prégnante que dans d’autres pays ; elles citent notamment une étude menée par l’Unicef en 2012 dans laquelle 57 % des petits garçons et 53% des petites filles considèrent qu’un homme a le droit de battre sa femme. Pour Caroline Michon, doctorante à l’EHESS spécialisée des mouvements féministes à New Delhi,”il est réducteur de parler de culture du viol” :

“La situations des femmes est à examiner à l’aune de plusieurs aspects. Les normes religieuses et sociales ainsi que les structures de la société peuvent être observées comme des sources de discriminations à l’encontre des femmes -un phénomène que l’on retrouve toutefois dans de nombreux pays-. De plus, les victimes de viols sont encore fortement stigmatisées, les femmes étant porteuses de l’honneur de la communauté, de la famille. Lorsqu’une femme est victime de violences sexuelles, la honte retombe sur elle et sa famille.”, explique-t-elle aux Inrocks.

Depuis les manifestations de fin 2012 en Inde et la couverture internationale de l’agression de la jeune fille de 23 ans dans un bus, les mots “Inde” et “viol” n’ont eu de cesse de remonter, par pics d’intérêt, dans les sujets les plus discutés en ligne, comme on le remarque sur ce graphique Google Trends.http://www.google.fr/trends/fetchComponent?hl=en-US&q=india+rape&tz=Etc/GMT-2&content=1&cid=TIMESERIES_GRAPH_0&export=5&w=500&h=330

A titre de comparaison, les mots “Etats-Unis et viol” et “France et viol” n’apparaissent quasiment pas dans la “discussion”.

http://www.google.fr/trends/fetchComponent?hl=en-US&q=america+rape,+france+rape,+India+rape&cmpt=q&tz=Etc/GMT-2&tz=Etc/GMT-2&content=1&cid=TIMESERIES_GRAPH_0&export=5&w=500&h=330

Des viols plus souvent dénoncés qu’auparavant

Lorsque l’on s’intéresse aux chiffres d’agressions dénoncées (toujours très en-deçà du nombre d’agression totales), la France compte pourtant, par rapport à sa population, plus de viols par jour que l’Inde. En France, une femme serait victime de viol toutes les 7 minutes, tandis qu’une femme le serait toutes les 20 minutes en Inde (ces chiffres ne prennent en compte que le nombre de viols dénoncés à la police). Aux Etats-Unis, les statistiques seraient d’une femme toutes les 25 secondes.

Pourquoi le sujet du viol en Inde est-il devenu un sujet d’intérêt au niveau mondial? D’après le Time, qui s’est intéressé au sujet en novembre 2013, de plus en plus de viols seraient dénoncés à la police en Inde, ce qui permettrait aux médias d’en rapporter plus qu’avant. En janvier 2015, l’AFP a également relevé que la police de New Delhi avait enregistré une hausse de 30% des dénonciations d’agressions sexuelles entre 2013 et 2014.

L’éditorialiste Christopher Booker du journal anglais The Telegraph est allé plus loin, dans un article publié en mars 2015:

“S’il y a un problème culturel aujourd’hui, c’est la volonté de longue date des médias occidentaux de transformer les hommes indiens en un stéréotype de prédateurs sexuels.”

Plusieurs causes à cette “réputation”

Le journaliste prend l’exemple de plusieurs viols sordides ayant eu lieu outre-Manche, dans le but de démontrer que le caractère ignoble des faits divers indiens ne peut pas être le seul facteur de cette “réputation” donnée à l’Inde:

“En 2012, alors que le crime de Delhi attirait pour la première fois les couvertures médiatiques du monde entier, j’ai lu de nombreuses histoires immondes de viols en réunion qui avaient eu lieu en Grande-Bretagne. D’après la police métropolitaine, plus de 15% des viols à Londres impliquent plus de trois agresseurs chaque année.”

Caroline Michon voit deux raisons à cette couverture médiatique:

“Il est évident qu’il y a une pression internationale, portée par des acteurs internationaux, à se conformer à un type de développement. Les injonctions de la part de ces instances à l’encontre des pays dits “du Sud” ont, dans une certaine limite, médiatisé les questions de violences sexuelles et stigmatisé ces pays. De plus, l’Inde est aussi un pays assez complexe : pour les observateurs que nous sommes, c’est un pays de contrastes, où se côtoient des femmes politiques influentes et des pratiques fortement discriminantes à l’encontre des femmes.

Elle insiste également sur l’importance des manifestations après l’agression de 2012, qui ont mis l’Inde sous le feu des projecteurs, et ses enjeux sont devenus mondiaux :

“Le fait que la presse, à l’échelle internationale, ait parlé de ces mobilisations a sans aucun doute construit cette image de l’Inde comme le pays du viol. Cependant, cette visibilité nouvelle a contribué au dynamisme des associations qui travaillent depuis des années pour sensibiliser la population. Cependant cette médiatisation, comme dans de nombreux cas, n’est pas une représentation fidèle de la réalité et ne se centre que sur un pays, mauvais élève, et cache ce qui se déroule dans de nombreux pays, dont l’Europe ou l’Amérique du Sud.”

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :