Comité de Soutien à la Révolution en Inde


En Inde, les étudiantes se rebellent contre le couvre-feu sur les campus by CSR Inde

En Inde, le couvre-feu sur les campus universitaires a été instauré en réponse au nombre effarant de viols. Mais les étudiantes se rebellent et manifestent contre ces mesures.

Le couvre-feu, une fausse solution

Pour y remédier, le Washington Post rapporte que les autorités de nombreuses universités ont décidé d’imposer un couvre-feu à leurs étudiantes – je précise bien leurs étudiantEs, et pas leurs étudiants. Ce couvre-feu à sens unique est censé protéger les femmes d’agressions dans les endroits mal éclairés des campus.

Mais les étudiantes se sont mises à protester, avec pancartes, slogans, et violations générales du couvre-feu. En effet, ces couvre-feux les empêchent de bénéficier des mêmes libertés que les hommes, ne serait-ce que celle d’accéder à la bibliothèque jusque tard le soir pour préparer leurs examens. Et quid de celles qui auraient envie de se promener le soir, ou de retrouver des ami•e•s à l’extérieur ?

Les étudiantes subissent un véritable interrogatoire lorsqu’elles sortent : où vont-elles, avec qui ont-elles rendez-vous et quel est le numéro de téléphone de cette personne, etc. Sans compter que leurs heures de sortie et de rentrée sont souvent inscrites dans un carnet. Les femmes ont donc l’impression d’être constamment surveillées et traitées comme des enfants.

La réponse des étudiantes

Sur certains campus, les étudiantes ont donc lancé la campagne « Pinjra Tod », ou « Défoncer la cage ». Elles ont défilé tard le soir, créé des pétitions en ligne, conduit des débats en classe, scandé des slogans, et même tagué les murs des dortoirs et le sol avec les mots « Je suis dehors ce soir ». Bref, les étudiantes se sont rebellées. Et pour l’une des universités où de telles démonstrations ont eu lieu,cela a fonctionné… en partie : le couvre-feu est passé de 18:30 à 22:00.

Kavita Krishnan, une activiste prônant les droits de la femme qui a notamment participé aux manifestations anti-viols en 2012, a déclaré :

« Ce que l’on voit fleurir c’est une nouvelle génération de mouvements féministes en Inde. Cela vient de la tension créée par le nouveau climat économique, selon lequel on veut envoyer de plus en plus de femmes en éducation supérieure et au travail, tout en contrôlant leur comportement au nom de la tradition ».

Les universités, elles, se défendent en expliquant qu’elles ne font que respecter la volonté des parents, et que si les étudiantes désirent obtenir plus de liberté, elles doivent négocier avec leurs parents.

Les mouvements pour les Droits des Femmes ont donc encore du pain sur la planche. Mais les femmes elles-mêmes s’engagent de plus en plus et la voix de la moitié du pays ne pourra pas être ignorée beaucoup plus longtemps.

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :