Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Comment Solairedirect veut conquérir l’Inde avec une électricité solaire moins chère by CSR Inde

La PME française rachetée par Engie cet été veut devenir un acteur significatif du marché indien du photovoltaïque, promis à un impressionnant envol. En misant toujours sur son credo : le solaire compétitif.


Les grues demoiselles qui s’envolent de la terre aride du désert du Thar passent devant le soleil couchant de ce début octobre. De quoi donner une belle carte postale. S’il n’y avait les lignes électriques qui quadrillent le paysage… Les poteaux électriques poussent comme des champignons dans cette région du Rajasthan située à quelque 150 kilomètres au nord de Jodhpur, dans le nord-ouest de l’Inde.

 Ces poteaux matérialisent la ruée sur le solaire de cet Etat pauvre ensoleillé 300 à 330 jours par an qui reçoit 6 à 7 kilowattheures d’énergie solaire par mètre carré et par jour. Gaurav Sood, directeur de Solairedirect India, appelle cette région la « Sun Belt ». Les parcs photovoltaïques s’y sont multipliés en quelques années, et avec eux les lignes qui les raccordent aux postes sources.

Parmi ces parcs, celui de Pokaran, sur les terres du village de Bap, non loin de Phalodi, se distingue entre tous. Même s’il n’aligne que 5 mégawatts de panneaux, il peut se targuer d’avoir été inauguré, en juin 2013, en présence du ministre indien des Nouvelles Energies de l’époque, Farooq Abdullah.

PRIX HISTORIQUE POUR SON PREMIER PARC INDIEN

Et pour cause : Solairedirect, PME française d’environ 150 personnes, avait frappé les esprits en décembre 2011 en proposant un prix de vente d’électricité record, le plus bas de tous les candidats au 2elot du 1er appel d’offres national pour le solaire : 7,40 roupies le kilowattheure (environ 11 centimes d’euros). De quoi lire dans le quotidien « The Hindu » : « Solairedirect a fait l’histoire aujourd’hui […], rapprochant l’électricité solaire de la portée de l’homme ordinaire. » Le parc de Pokaran marquait ainsi l’entrée en fanfare de Solairedirect en Inde.

Pour ses premiers pas dans le solaire, l’Inde profitait  – comme le monde entier – de la chute phénoménale des prix de cette énergie. Les 7,40 roupies de Solairedirect faisaient suite aux 10,95 à 12,75 roupies du 1er lot, à peine un an plus tôt. Selon Gaurav Sood, les meilleurs prix pour les appels d’offres de ces prochaines semaines descendront sous les 5 roupies (7 cents). Et « l’objectif est d’arriver à 4 roupies », avance Thierry Lepercq, président de Solairedirect. Soit moins que le prix de l’électricité tirée du charbon.

100 GIGAWATTS DE SOLAIRE VISÉS EN 2022

De quoi expliquer la révision à la hausse des ambitions indiennes dans le solaire. En 2010, le pays visait 20 gigawatts (GW) d’installations en 2022. Cette année, cet objectif a été relevé à… 100 GW ! Et le gouvernement vise 250 GW en 2030… Alors que la capacité photovoltaïque installée vient seulement de dépasser 4 GW.

Il ne faut pas s’y tromper, le côté énergie verte est très secondaire dans l’engouement indien pour le solaire. « L’accent mis sur les énergies renouvelables et le solaire en particulier est d’abord un effort pour améliorer l’accès de la population à l’électricité », explique Arunabha Ghosh, à la tête du think tank Council on Energy, Environment and Water, proche du Premier Ministre indien. Trop chère et/ou trop aléatoire, l’électricité manque à 300 millions d’indiens.

« Le système électrique centralisé avec des grandes centrales à charbon et des lignes à haute tension ne nous a pas permis de réaliser cette vieille promesse qu’est l’électricité pour tous. Il faut essayer toutes les alternatives possibles », poursuit le consultant.

AVEC ENGIE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS

Pour Solairedirect, le boom du solaire indien est une « grande vague de fond sur laquelle on veut surfer », résume Thierry Lepercq. En quatre ans, la PME aura installé 170 MW de capacités en Inde, soit environ un quart de l’ensemble de son parc. Le pays fait jeu égal avec la France en termes de revenus et représente environ un tiers du chiffre d’affaires global : 156 millions d’euros en 2014-2015.

« Nous voulons accélérer. Depuis l’été, nous avons répondu à 600 MW d’appels d’offres. Notre objectif est d’être un acteur significatif sur un marché qui va atteindre 20 GW par an. Nous nous sommes engagés à construire en propre 1 GW de parcs d’ici à 2019 », énumère Thierry Lepercq.

Et encore ces objectifs datent-ils d’avant le rachat par Engie (ex-GDF Suez) ! Si les 130 millions d’euros injectés par l’énergéticien dans le capital de Solairedirect donnent à la PME les moyens de ses ambitions, ils en changent aussi la nature.

« Dans ce pays où le solaire deviendra la première énergie, l’objectif avec Engie est d’être pionnier en proposant une offre d’énergie à base de solaire compétitif pour servir les compagnies d’électricité, les territoires, les entreprises voire les particuliers », avance le dirigeant. Pour Solairedirect, qui prône depuis ses débuts le solaire compétitif, l’Inde est un formidable accélérateur.

Source

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :