Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Un maoïste ré-arrêté à la porte de la prison by CSR Inde

Le goût de la liberté fut de courte durée samedi pour Maruti Kurwatkar, 35 ans puisque la police de Maharashtra ne lui a même pas permis une minute de liberté.

Étiqueté « leader maoïste » par la police du Maharashtra, M. Kurwatkar a, à nouveau, été arrêté par une équipe de la police du district Gadchiroli à la porte principale de la prison centrale de Nagpur quand il sortait de la prison après avoir été acquitté dans trois cas et ayant obtenu une liberté sous caution pour trois autres.

« Environ 50 à 60 policiers en civil l’ont empaqueté dans un véhicule de police et l’ont enlevé devant la porte de la prison samedi soir. Durant les 24 heures suivantes, la police ne nous a même pas nous informé de sa localisation » a déclaré à The Hindu, Jagdish Meshram, l’avocat de M. Kurwatkar.

Détention provisoire judiciaire

Kurwatkar a été produit devant un tribunal de Gadchiroli le dimanche et a été placé en garde à vue judiciaire de 10 jours.

« Il a été arrêté en Janvier 2012 et a séjourné dans différentes prisons des districts de Nagpur, Chandrapur et Gadchiroli au cours des trois dernières années et huit mois. Il a été de nouveau arrêté en rapport avec une affaire enregistrée en 2009. Que faisait donc la police quand il était en prison? » a demandé M. Meshram. Qualifiant la ré-arrestation de M. Kurwatkar d’ « outrage à la cour » et de « violation flagrante des droits humains» par la police, M. Meshram a accusé la police d’essayer de semer la terreur dans la psyché publique en utilisant des « moyens illégaux » pour arrêter son client.

«Le surintendant de la police du district Gadchiroli m’a dit qu’ils ont trois autres affaires en cours contre mon client. Est-ce une blague? Une personne, qui a été en prison pendant les trois dernières années et huit mois est traqué pour des affaires enregistrées il y a cinq à six ans. Ceci est une violation flagrante des directives de la cour. La police a violé toutes les instructions et règles édictées dans le manuel de police en ré-arrêtant mon client à la porte de la prison « , a déclaré M. Meshram énervé.

Sandip Patil, le superintendant de police de Gadchiroli n’a pas pu être joint pour un commentaire.

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :