Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Appel du Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde by CSR Inde

Le Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde appelle à une diffusion massive d’information dans toutes les usines et les bureaux dans tous les pays.

Il faut que les syndicats de classe de différents pays approuvent les déclarations, pétitions, etc.

Il faut que dans ces pays,  comme les pays impérialistes -Italie, France, Canada, Galice, Autriche, Allemagne-, où il y a des organisations de travailleurs de classe dirigées en certaines occasions par des camarades marxiste-léniniste-maoïstes, soient organisées des réunions, des rencontres pour l’internationalisme prolétarien et l’unité dans la lutte des travailleurs des pays impérialistes et des travailleurs indiens.

Envoyez-nous toutes les informations et les textes à csgpindia@gmail.com pour transmettre aux camarades indiens !

Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde
13 février 2012

1

28 février: grève massive en Inde

Redpines, le 10 Février 2012
Les travailleurs dans les villes de l’Inde ont une histoire incroyablement militante, et cela se prouve encore aujourd’hui. Les dirigeants syndicaux l’Inde ont appelé à une grève massive le 28 Février.

L’article qui suit, cependant, suscite des interrogations : dans quelle mesure les syndicats révolutionnaires, les syndicats réformistes et les syndicats avec des membres musulmans pourront se coordonner avec les syndicats affiliés avec les partis de droite comme le Congrès et le BJP nationaliste hindou ? La grève actuelle ouvrira t’elle d’autres possibilités de collaboration entre les
forces révolutionnaires des villes et les castes et populations tribales des régions rurales ? La grève sera-t-elle efficace dans la dénonciation des fondations pourries de la « brillante démocratie » d’Inde à la face du monde?

Les lecteurs qui sont les plus proches de ces questions sont encouragés à publier leurs réflexions et une clarification de l’information.

L’article est paru initialement dans The Hindu.

Les syndicats se prépare pour une grève générale nationale

par Sunny Sebastian

5 février 2012

Le dirigeant du Parti Communiste d’Inde et secrétaire général du All India Trade Union Congress (AITUC) Gurudas Dasgupta a qualifié l’appel commun à la grève par les syndicats pour le 28 Février comme la plus grande démonstration d’unité par la classe ouvrière et les pauvres.

Tous les syndicats de premier plan, y compris l’INTUC (Indian National Trade Union Congress), affilié au parti du Congrès, et le Bharatiya Mazdoor Sangh (BMS) affilié au Bharatiya Janata Party (BJP), outre les syndicats de gauche – le CITU (Centre for Indian Trade Unions) et le All India Trade Union Congress (AITUC) – participeront à la grève.

« Il ne s’agit pas de ces seuls syndicats. Le syndicat de la Shiv Sena dans le Maharashtra et le syndicat affilié à la Ligue Musulmane du Kerala ont également apporté leur soutien à l’appel à la grève. Outre les organisations au niveau national, des centaines de syndicats non affiliés et des syndicats locaux sont en grève, que l’on peut appeler la plus grande de ces derniers temps, » a affirmé M. Dasgupta.

M. Dasgupta était dans la capitale du Rajasthan ce vendredi, ainsi que Sanjeev Reddy, député et président de l’INTUC ; B.N. Roy, secrétaire général de BMS ; et Tapan Sen, député et secrétaire général du CITU, afin de mobiliser les cadres et les travailleurs pour la grève.

« C’est peut-être la première fois que les dirigeants de grands syndicats voyagent ensemble dans tout le pays pour la préparation de la grève, » a noté M. Dasgupta . « Nous avons gardé la grève hors du champ de la politique par souci de l’unité syndicale. »

Les dirigeants syndicaux ont jusqu’à présent fait une tournée l’Andhra Pradesh, du Bengale occidental, du Karnataka, du Maharashtra, du Kerala, du Chhattisgarh, du Madhya Pradesh et du Rajasthan. Ils visiteront également le Tamil Nadu, le Punjab, le Bihar, le Jammu-et-Cachemire, le Sikkim et l’Himachal Pradesh dans les prochains jours, a déclaré le dirigeant du PCI.

La « misère croissante » des gens ordinaires, les bas salaires, les journées de 10 heures dans des conditions de travail misérables, les suppressions d’emplois, le chômage énorme et le nombre croissant de contrats/emplois intérimaires ont été données comme raisons de l’appel à la grève. « Ce n’est qu’un appel au réveil. Il s’agit d’un signal d’avertissement au gouvernement de l’Alliance Progressive Unie, dont les politiques du néo-capitalisme ont amené cette situation dans le pays, » a affirmé M. Dasgupta.

Il a dit qu’alors que le gouvernement n’avait pas de temps pour les travailleurs, il pouvait tenir des discussions sur la gestion de la crise avec Kingfisher Airlines, qui a été confronté à un problème financier.

« Nous avons essayé d’avoir un dialogue avec les autorités depuis un mois et demi, mais personne n’y a prêté attention. En fait, le Parlement ne réussit pas à s’acquitter de sa responsabilité envers les syndicats, » a allégué M. Dasgupta, membre du Rajya Sabha.

2

Les ouvriers d’une usine indienne se révoltent, tuent le président de la société

Les travailleurs de l’usine Regency Ceramics en Inde ont attaqué le domicile de leur patron, et l’ont battu avec des tuyaux de plomb après qu’un conflit sur les salaires se soit envenimé.

Les travailleurs étaient furieux au point de tuer le président de Regency KC Chandrashekhar après que leur dirigeant syndical, M. Murali Mohan, fut tué à coups de matraque par la police anti-émeute jeudi.

Cette violence du travail est survenue à Yanaon, une petite ville de l’Andra Pradesh sur la côte est. La police a été appelée à l’usine par la direction pour régler un conflit de travail.

Les travailleurs réclamaient un salaire plus élevé et le rétablissement des travailleurs mis à pied depuis Octobre. Murali fut licencié quelques heures après que la police ait quitté l’usine.

Le lendemain matin, à 06h00 le vendredi, Murali est allé à l’usine avec quelques travailleurs et ont tenté d’entraver le quart du matin, ont reporté les médias locaux.

Les longues matraques, connues sous le nom de lathis en Inde, ont été utilisées par la police pour charger les travailleurs, blessant au moins 20 d’entre eux, y compris Murali.

Il est mort sur le chemin de l’hôpital, selon The Times of India. Des centaines de travailleurs se sont rassemblés devant le poste de police et ont exigé que les agents soient inculpés d’homicide.

Le couvre-feu et d’autres ordonnances civiles ont été imposés à Yanaon en raison du soulèvement qui a finalement abouti à l’assassinat du président de Regency. La police a déclaré que les émeutiers avaient également incendié plusieurs véhicules en dehors du poste de police. Huit travailleurs de Regency Ceramics ont été blessés par les tirs de policiers qui ont suivi, l’état de deux d’entre eux est critique. Plus de 100 manifestants ont été arrêtés.

Les ouvriers d’usine en Inde sont les moins bien payés parmi les quatre grands marchés émergents. Le revenu par habitant en Inde est de moins de 4000$ par an, ce qui en fait le pays le plus pauvre des BRIC en dépit de son économie relativement prospère.

À Regency Ceramics, les travailleurs se sont mis en grève le 1er janvier à propos du différend salarial. La direction décida alors d’imposer une ordonnance de restriction sur cinq travailleurs et réussit à obtenir une ordonnance d’un tribunal de grande instance affirmant que les travailleurs en grève ne devaient pas venir à moins de 200 mètres, plus que la taille de deux terrains de football, de l’usine.

Une fois que la nouvelle de la mort de Murali s’est étendue, les ouvriers de l’usine détruisirent 50 voitures de la société, les autobus et les camions et les incendièrent. Ils saccagèrent l’usine. Les résidents se joignirent aux quelques 600 travailleurs, tandis que d’autres se dirigèrent vers la maison de Chandrashekhar.

3

Après la nouvelle information « Les ouvriers d’une usine indienne se révoltent, tuent le président de la société », les travailleurs en Italie dans la campagne du 2 au 9 avril 2011 ont émis cette déclaration :

L’Inde, le pays où « les travailleurs brûlent leurs patrons »

Nous travailleurs, ouvriers, travailleurs temporaires, chômeurs, saluons la lutte des masses indiennes contre le régime réactionnaire indien soutenu par l’impérialisme.

En Inde, les masses luttent contre les patrons qui licencient et exploitent, contre les prix élevés, la corruption et le terrorisme d’État, avec d’énormes grèves et manifestations, des usines occupées, des attaques sur les patrons.

En Inde, le gouvernement a décidé de vendre les ressources naturelles et humaines aux sociétés impérialistes occidentales, aux nouveaux monopoles des propriétaires des plus grandes usines d’automobiles et d’acier, tels que Tata, Essar, Jindal, Mittal,etc. qui découlent de l’exploitation incontrôlée des travailleurs, souvent des femmes et des enfants, des bénéfices qui leur permettent de devenir actionnaires des grands monopoles internationaux dans ces secteurs, souvent en alliance avec les patrons italiens.

Contre tout cela, les masses indiennes se lèvent et développent la guerre populaire dirigée par le parti de la classe ouvrière d’Inde, le Parti communiste d’Inde (Maoïste).

Le gouvernement indien et l’impérialisme ont déchaîné la répression contre les masses, sous le nom de « l’opération Green Hunt », avec des massacres, des exécutions sommaires, des raids contre des villages entiers et l’ensemble de la population tribale, en essayant de supprimer ce qu’ils appellent « la plus grave menace interne et un danger pour le système international », la guerre populaire, qui a pour but d’établir un nouveau pouvoir fondé sur l’unité des travailleurs et des paysans renversant les impérialistes, les classes bourgeoises et féodales.

La lutte pour les droits des travailleurs et des peuples, la lutte pour les emplois, les salaires, les conditions de vie, la lutte pour la liberté, la démocratie, le renversement du pouvoir des patrons et l’établissement d’un pouvoir entre les mains des travailleurs et des masses est une lutte internationale qui nous unit tous dans le monde entier.

C’est pourquoi nous exprimons la plus grande solidarité avec les masses indiennes et le Parti qui les dirige, et que nous souhaitons qu’elles résistent aux attaques de l’ennemi et progressent vers la victoire.

Ce texte a été approuvé dans les usines d’acier à Tarente et Bergame en Italie.

csgpindia@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :