Comité de Soutien à la Révolution en Inde


Point de vue de l’IRIS by CSR Inde
13 octobre 2010, 1:31
Filed under: Analyses | Étiquettes: , , ,

C’est à titre informatif que nous publions cet article. Il représente le point de vue de l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), un think-tank spécialisé sur les « questions relatives à la politique étrangère, la stratégie, la sécurité et la défense.« * IRIS a comme objectif affiché de devenir « un interlocuteur crédible pour les institutions publiques. »*

Vous êtes donc prévenus, le point de vue de l’IRIS, c’est le point de vue des gouvernants, de la bourgeoisie.

* voir http://www.iris-france.org/iris/presentation.php

————————

L’Inde toujours en guerre avec ses rebelles maoïstes

12 octobre

« C’est une guerre de propagande éhontée ». L’ancien premier ministre maoïste népalais a fermement démenti les accusations de l’Inde, qui voudrait que des maoïstes indiens aient été entraînés par leurs homologues népalais. Appelé également les Naxalites, la guérilla d’extrême gauche touche l’Inde centrale et orientale, au sein d’un territoire qui s’étend quasiment du Nord au Sud, considéré comme le « corridor rouge ». Contrairement aux maoïstes népalais, ils sont encore loin de participer à un gouvernement, mais leur influence a eu tendance à grandir ces dernières années.

 

Le mouvement maoïste des Naxalites est né en 1967 dans le village de Naxalbari, d’où il tire son nom. Cette localité du Bengale de l’Ouest a vu soudain ses paysans se révolter contre leurs conditions de vie. D’obédience marxiste, la rébellion est brutalement réprimée par le Parti Communiste Indien (marxiste), alors à la tête de la province. S’en suit une scission généralisée et un nouveau Parti Communiste Indien (marxiste-léniniste) est formé en 1969. A parti de 1980, le nouveau Parti lance une insurrection armée contre le gouvernement central, qui dure encore aujourd’hui. Elle a fait à ce jour plus de 10 000 victimes.

Réunissant différents groupes à vocations révolutionnaire ou autonomiste, le mouvement est actif dans 13 des 28 Etats indiens. On estime ses effectifs à 40 000 cadres permanents et environ 100 000 miliciens. En 2004, la réunion des deux principaux groupes mène à la création du Parti communiste d’Inde, d’obédience maoïste. Relativement puissant, il est présent dans 9 Etats et commence à tisser des liens avec les maoïstes népalais.

Les Naxalites ont une forte influence parmi la population pauvre et peu éduquée du pays. Majoritairement agricole, les Etats de l’Est subissent les effets du chômage et du sous-développement. Ils dispensent parfois ce dont l’Etat central ne peut se charger : l’alphabétisation ou la planification économique. Outre le paysage social, les Maoïstes s’intègrent de plus en plus au paysage politique. Dans certaines provinces, les communistes sont à la tête des gouvernements. Bien que divisés sur le plan idéologique, il n’en résulte pas moins une banalisation de la présence des Naxalites dans la vie politique régionale.

De son côté, le gouvernement fédéral prend la menace maoïste très à cœur. En 2006, le Premier ministre a qualifié le mouvement naxalite comme la « seule grande menace intérieure de l’Inde ». Car la guérilla a aussi un impact économique. Les grands centres urbains, à mesure qu’ils se développent, ont de plus en plus besoin des ressources naturelles des Etats touchés par le mouvement. 85% du charbon s’y trouve. La violence chronique dissuade les investisseurs et le sous-développement de ces régions, terreau propice aux Maoïstes, se perpétue. New Dehli a donc du pain sur la planche, mais déjà, certaines initiatives ont porté leurs fruits. L’augmentation des effectifs policiers de 37 000 hommes dans l’Andhra Pradesh a créé un cadre propice à l’intervention du gouvernement central.

Mais le temps presse, car les Naxalites orientent de plus en plus leur stratégie vers les villes. Ils y recrutent des militants et cherchent des soutiens logistiques pour leurs attaques en milieu urbain. Certains craignent que, sous la pression, New Dehli se dirige vers une surenchère militaire. D’autres estiment qu’un grand programme d’actions sociales serait aussi efficace que la répression.

http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article4035

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :